×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Ouled Frej: Campagne contre l’abandon scolaire

Par L'Economiste | Edition N°:2366 Le 21/09/2006 | Partager

. Une initiative de la Fondation Mfadel . Distribution de cartables aux élèves du rural Créée il y a quelques mois, la Fondation Mfadel pour les œuvres sociales s’attache à soulager les peines des démunis. Notamment en cette période de rentrée scolaire que les populations du milieu rural vivent avec encore plus de difficultés. Aussi les responsables de cette institution de bienfaisance ont-ils mis le cap vers la région d’El Jadida, et plus précisemment la petite localité d’Ouled Frej. Des centaines d’écoliers du primaire ont ainsi bénéficié de cartables remplis de fournitures scolaires. Une foule de parents accompagnés de leurs enfants était au rendez-vous. Les autorités locales aussi. Des tentes étaient dressées par le groupe Yassmine Mfadel Iskane pour l’accueil des habitants des douars Fquih Si Lhimer, Ouled Brik et bien d’autres. «Nous avons travaillé de concert avec nos partenaires. Et ce n’est pas du tout évident. Car il faut d’abord faire une grosse commande, assurer le transport vers ces localités rurales, puis le déchargement. C’est toute une logistique qu’il faut mettre sur pied», souligne Mohamed Mfadel, président de la Fondation Mfadel. Et d’ajouter qu’«il est de coutume que notre groupe se lance dans ce genre d’actions depuis une dizaine d’années. La récente création de la Fondation a juste pour objectif de mieux cibler les actions du groupe». Cette opération cartables a aussi impliqué, outre les partenaires du groupe, des associations locales et plus particulièrement celle du douar Fqih El Himer. Celle-ci s’est chargée du travail d’organisation sur place et du choix des bénéficiaires. Ce sont également les associations locales qui auront à mettre en œuvre «l’opération Ramadan» de concert avec la Fondation. «Du point de vue logistique, distribuer des paniers de denrées alimentaires n’est pas chose facile. On pense remettre aux gens une aide financière. De cette façon, ils pourront acheter ce dont ils ont besoin », explique Mfadel. Par ailleurs, la fondation compte, outre ces aides ponctuelles, étendre son action à des actions génératrices d’emplois. Elle prévoit, en collaboration avec des associations rurales de jeunes, de mettre en place une formule pour l’octroi de microcrédits à des jeunes en vue de les encourager à créer leurs propres emplois. Les secteurs identifiés pour le moment sont l’élevage de chèvres et celui de lapins. Les œuvres sociales du groupe sont également très présentes dans la ville de Mohammedia. De fait, le groupe y mène des négociations avec les autorités locales pour prendre en charge certains projets programmés dans le cadre de l’INDH.


Impliquer les fournisseurs

Le groupe Mfadel Yassmine a mis à contribution l’ensemble de ses partenaires et ses fournisseurs pour la signature d’une convention estampillée «INDH». Une convention qui fait obligation à ces acteurs économiques de soutenir les projets de développement humain initiés par les pouvoirs publics. Grâce à cet accord, le lycée Ibn-Yassine, à Mohammedia, a été rénové. Dans la même logique de partenariat, des opérations (parrainage de l’équipe de hockey, distribution de chaises roulantes, tournois de tennis, etc.) ont été lancées. Ali JAFRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc