×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

ONA-SNI: Salutaire retour en Bourse

Par L'Economiste | Edition N°:3257 Le 19/04/2010 | Partager

. Le OK du CDVM relatif aux OPR fait lever la suspension des deux valeurs. Conséquence: le Masi explose cassant son seuil de résistance de 11.900 points . Près d’1 milliard de DH de volume en une journéeAttendues par la communauté financière, les offres publiques de retrait sur les titres ONA et SNI ont finalement été acceptées par le CDVM, vendredi dernier. Date au cours de laquelle les deux titres ont retrouvé la cote, après une suspension de plus de 2 semaines. La fin de suspension des titres ONA et SNI a été dictée par l’examen du projet de recevabilité des OPR lancées par les consortiums d’actionnaires majoritaires des deux entités: Copropar et Lafarge SA pour SNI et Siger, Gervais-Danone, Santander, Axa, SGMB, Investisma, FIII et SNI pour l’ONA. Un examen du gendarme de la Bourse a abouti à un avis favorable. Et pour cause, le régulateur estime que le critère d’égalité de traitement des actionnaires est rempli compte tenu que «l’offre vise l’ensemble des porteurs d’actions ONA et SNI non détenues par les initiateurs». A ce propos, les initiateurs s’engagent à acquérir irrévocablement les titres apportés, dans les meilleurs des cas la totalité, qui représente près de 8,67 millions d’actions pour ONA et 4,1 millions de titres SNI. De plus, aucun seuil de renonciation n’est toléré. En revanche, les minoritaires ont le choix d’apporter leurs actions soit partiellement soit intégralement. Par ailleurs, le CDVM a examiné l’analyse retenue par l’évaluateur, la banque d’affaires Léonardo, pour la fixation du prix unitaire des deux offres. A ce titre, la banque s’est basée sur les méthodes usuellement retenues dans ce genre d’opérations, à savoir la méthode des cours boursiers et celle de l’actif net réévalué. La première, dont la valorisation représente le cours moyen pondéré des cours boursiers de l’année précédant l’annonce de l’opération, résulte sur des prix unitaires de l’action à 1.334 DH pour ONA et 1.680 DH pour SNI. En revanche, la seconde méthode, qui retient deux approches(1), aboutit sur des cours respectifs à 1.873 et 1.828 DH. A partir de ces deux valeurs, l’évaluateur a déterminé les prix définitifs qui ont été fixés à 1.650 DH pour ONA et 1.900 DH pour SNI. L’objectif pour lui étant, comme le stipule la réglementation, de s’assurer que les conditions financières de l’offre sont équitables pour les actionnaires minoritaires des deux sociétés. Justement, selon le marché, la plus-value sur les ventes des actions des minoritaires serait évaluée à 20%. En outre, cette méga-opération, qui consiste, faut-il le rappeler, en la fusion d’ONA et SNI, à créer un holding d’investissement non coté, devrait, tout de même, ponctionner près de 10 milliards de DH de la capitalisation boursière de la place. Toutefois, l’OPR aboutira sur une grosse injection de cash sur le marché. En effet, si la totalité des actions est apportée, le montant global de cette opération dépasse les 22 milliards de DH, répartis à hauteur de 14 milliards pour ONA et 7,7 milliards pour SNI. Encore mieux, le retrait du tandem ONA-SNI libérerait plus de 23 milliards de DH de cash à travers leur désintéressement progressif de leurs filiales en Bourse. Ces perspectives n’ont pas manqué de booster le marché qui passe par une phase exceptionnelle. Les indices boursiers se sont littéralement envolés. A l’ouverture de la séance de vendredi, le Masi comptait déjà une progression de plus 2,32% pulvérisant ainsi le seuil de résistance de 11.700 points à 11.925 points. Ce dernier termine finalement sur une performance de 2,86% à 11.966 points. Même constat pour le flux transactionnel sur le marché de détail qui s’élevait, une heure à peine après l’ouverture, à plus de 275 millions de DH, pour frôler, en fin de journée, 1 milliard de DH. Idem pour la capitalisation qui gagne plus de 12 milliards de DH (voir également notre page Bourse). Quant au comportement des deux titres, suite à leur reprise de cotation, il est plutôt mitigé. Quand le cours d’ONA recule de 1,54% à 1.624 DH, celui de SNI avance de 1,26% à 1.855 DH. Le suspens est donc intense pour les minoritaires en attendant la publication du calendrier des offres attendu pour bientôt. M.A.B. ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------(1) l’approche des marchés et celle des multiples boursiers

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc