×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Marrakech: Renouvellement du bureau de la Fédération des guides en décembre

Par L'Economiste | Edition N°:1653 Le 02/12/2003 | Partager

Candidat à la présidence de la Fédération nationale des guides, Jamal Saâdi représente déjà les 540 guides marrakchis qui l'ont élu à la tête de leur association. . L'Economiste: Comment voyez-vous les prochaines élections? - Jamal Saâdi: Nous proposons un roulement pour la présidence avec deux ans de mandat pour chaque association régionale, afin de ménager les susceptibilités. La profession dispose de bons profils aujourd'hui, qui ne sauraient oublier les efforts fournis par les anciens. Nous proposons également la mise en place de commissions de suivi pour les 4 grands problèmes que vit la profession, à savoir le social, le juridique, la formation continue et les relations avec les autres fédérations professionnelles. . A ce propos, quels sont vos rapports avec ces dernières? - Aucun justement. La Fédération des guides n'est même pas membre de la Fédération du tourisme. Quant aux hôteliers, ils ne nous reconnaissent pas, du moins en tant que prestataires de services alors que lorsqu'ils sont en surbooking, c'est au guide qu'ils s'adressent pour faire patienter les touristes. Du côté des agences, c'est le black-out. Certaines ne respectent ni règle, ni loi quant aux salaires et aux itinéraires, auxquels s'ajoute le problème de droit de passage chez les bazaristes. Ces derniers font la loi. Ils peuvent appeler un agent de voyages pour virer le guide s'il ne leur plaît pas. . Pourquoi la ville ocre n'a jamais eu la présidence de la fédération? - Je tiens à souligner que c'est Marrakech qui se présente à la présidence et non une personne. Nous sommes 1.500 guides au Maroc, dont 530 à Marrakech. Et je me pose la même question que vous. Peu importe les raisons de cette absence, aujourd'hui, il est nécessaire que le groupement régional arrive à faire entendre sa voix, d'autant plus qu'il a prouvé son efficacité. Marrakech demeure la plaque tournante de tous les guides du Maroc. Tous les circuits débutent ou passent par la ville ocre.B. B.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc