×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Marrakech: La double crise de l’hôtellerie

Par L'Economiste | Edition N°:3246 Le 02/04/2010 | Partager

. La conjoncture et la capacité litière grandissante . Le secteur informel (appartements et résidences), une menace grandissante La ville de Marrakech a besoin de plus de publicité. Telle fut la recommandation de nombreux professionnels de l’hôtellerie lors de l’assemblée ordinaire de l’Association de l’Industrie Hôtelière (AIH) de Marrakech. Salah Eddine Naciri, président de l’AIH, n’a pas manqué de rappeler à ses confrères que désormais la transparence des prix, la qualité des prestations, l’intégration du web dans les stratégies de commercialisation sont tout autant de facteurs qui aideront les hôteliers à gagner du terrain.  L’activité hôtelière a enregistré à fin 2009 un sérieuse baisse. Celle-ci a affecté la rentabilité des exploitations hôtelières, et particulièrement celles qui se sont positionnées sur le haut de gamme. Face à ces difficultés conjoncturelles, les marges bénéficiaires de l’hôtellerie se sont dégradées en 2009 et ce pour l’ensemble des catégories de l’hôtellerie. En effet, le taux d’occupation est passé de 68% en 2006  à 47% en 2009. Et vu la capacité grandissante de la ville, «Marrakech aura besoin d’une dizaine d’années pour atteindre un taux d’occupation rentable», indique ce professionnel. Une douzaine d’unités à Marrakech seraient même en cours de liquidation. Des hôteliers qui n’arriveraient plus à honorer leurs dettes envers les banques, payer leurs factures ou encore régler les salaires en retard de leurs employés. Parallèlement à la crise conjoncturelle et celle que connaît Marrakech (augmentation litière pour le même nombre de touristes), le secteur informel (appartements et résidences) demeure une menace grandissante. «Nous demandons juste un traitement équitable. Développer des résidences est un des résultats du succès de Marrakech. Les résidences et appartements doivent dans ce cas être soumis aux mêmes taxes que celles imposés aux hôteliers», commente Abdelatif Kabbaj, président de la chaîne Kenzi. «Face à cette grande progression en terme de capacité litière, et la crise actuelle que connaît le tourisme, il faut mettre en place plus de moyens de promotion», insiste pour sa part Hamid Bentahar, président du CRT (Conseil régional du tourisme) de Marrakech. Les hôteliers demandent plus de liaisons de point à point ainsi qu’un accompagnement fiscal plus approprié à la situation actuelle.Car les professionnels de la ville ne s’attendent pas à de meilleurs résultats en 2010. L’été prochain risque d’être très difficile, pronostique un hôtelier. «Désormais, les tendances de la vente touristique sont liés au CAC40», observe Ali Chaoui, hôtelier et aussi TO, qui reproche d’ailleurs à l’ONMT de réserver plus de 70% de budget de communication dédié à Marrakech aux Tours Operateurs étrangers implantés au Maroc.    H. B. et B. B.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc