×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Maroc-Egypte
L’accord Quadra n’a rien changé ou presque

Par L'Economiste | Edition N°:2977 Le 05/03/2009 | Partager

. Moins de 1% des exportations va vers les pays de l’accord d’Agadir. L’Egypte exporte chez nous 450 millions de dollar contre 40 millions. Un courant d’affaires qui passe par le factoringC’EST certain, l’Egypte tire plus d’avantages dans ses échanges commerciaux avec le Maroc. Le volume, toutes marchandises confondues, entre les deux pays s’élève à 450 millions de dollars dont 410 millions réalisés par l’Egypte contre 40 millions pour le Maroc. C’est un rapport de 1 à 10. Selon la Société marocaine d’assurance à l’exportation (Smaex), ce volume atteint à peine 30 millions de DH, réalisé par 3 entreprises pour le compte de 8 clients égyptiens. Comme l’analyse le PDG, Nezha Lahrichi, le courant d’affaires Maroc/Egypte passe par le factoring, sous forme de crédoc, caution ou autres. Sinon, le business se fait sur la base de modalité de payement cash. Pour booster les échanges, le pays des Pharaons a dépêché, du 3 au 5 mars à Casablanca, son ministre de l’Investissement, pour prospecter de nouvelles opportunités d’affaires. Ainsi, Mahmoud Mohieddine, a rencontré, dans le cadre du Conseil d’affaires maroco-égyptien, les plus gros opérateurs économiques du Royaume. Parmi eux, Karim Belmâachi, DG du groupe Alliances, Anas Sefrioui, PDG du groupe Addoha, Mouatassim Belghazi, patron du groupe ONA, et Miloud Châabi, de Ynna Holding. Un agenda très chargé avec l’objectif de prendre des marchés. Tous les secteurs ont été prospectés: immobilier, BTP, industrie, assurances, transport, tourisme, agro-alimentaire et grande distribution… Le modus operandi est bien rôdé. Une brochure vantant les atouts de l’Egypt market a été distribuée aux opérateurs. Pour l’heure, les contacts ont été établis, reste à concrétiser les affaires. Les opérateurs marocains attendent beaucoup du marché égyptien. Marché important, mais très protégé. Une situation qui déteint sur les échanges entre les pays d’Agadir (Egypte, Jordanie, Maroc, Tunisie), extrêmement faibles. Dans la mesure où ces pays sont plutôt concurrents au lieu d’être complémentaires. A titre d’exemple, tout comme la Logan a eu du mal à franchir la douane égyptienne, le ciment égyptien peine à pénétrer le marché marocain. A noter que l’accord Quadra stipule que 40% de la valeur de la Logan doit être constituée de pièces fabriquées au Maroc, pour pouvoir être exportée en franchise de droits de douane dans l’un des trois autres pays signataires. Le Maroc s’en est toujours défendu. Non seulement le taux d’intégration est supérieur aux 40% requis mais, de plus, il y a le principe de cumul paneuropéen. Celui-ci donne le droit au Maroc de considérer les pièces d’origine européenne dans ce taux dans la mesure où, comme le Maroc, l’Egypte est signataire d’un accord d’association avec l’Union européenne. Principe de cumul, brandi par les responsables de la Somaca, entreprise productrice de la Logan made in Morocco, qui aboutit à un taux d’intégration de plus de 90%. L’enjeu côté égyptien, la douzaine de chaînes de montage automobile à protéger… Le ministre égyptien de l’Investissement s’en expliquera, aujourd’hui jeudi, devant les membres du Conseil d’affaires des deux pays réunis au siège de la CGEM, en présence de son homologue marocain du Commerce extérieur, Abdellatif Maâzouz. Pour l’heure, «il n’y pas de quoi fouetter un chat». Les échanges commerciaux entre les 4 pays signataires de l’accord de libre-échange d’Agadir restent modestes. Les exportations du Maroc vers ces trois pays représentent moins de 1% de son volume total d’exportations, composées essentiellement de produits divers, maroquinerie, sacs et articles de voyage, produits bruts divers d’origine animale et végétale, farine de poissons, ferraille, tissus de coton et de fibres synthétiques artificielles. De l’avis même des opérateurs économiques des deux pays, l’accord d’Agadir n’a pas réussi à impulser une nouvelle dynamique dans les échanges commerciaux des pays signataires.


Le match

Egypte- Superficie997.738 km2- Population74,033.000 hab (en 2005)- Densité de Pop74,20 hab/km2- PNB93,85 milliards de dollars- Indice de développement humain (rang mondial) 0.716 (116/176 pays) (Rapport mondial sur le développement humain 2007/2008)Maroc- Superficie710.850 km2- Population31.404.000 hab. (en 2009)- Densité de Pop43,19 hab/Km2- PNB39,661 milliards de dollars- Indice de développement Humain (rang mondial) 0.646 (126/176 pays) (Rapport mondial sur le développement humain 2007/2008)Amin RBOUB & Bachir THIAM

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc