×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Madeleine Stock raconte le Haut Atlas

Par L'Economiste | Edition N°:2170 Le 13/12/2005 | Partager

. Sa principale source d’inspiration: la nature (montagnes, fleurs, animaux…). Une grande passion pour le Haut Atlas et les villes andalousesMadeleine Stock, artiste-peintre d’origine française, née au Maroc, expose plus d’une cinquantaine de tableaux à Dar Itrit, au quartier CIL à Casablanca, une maison d’hôtes, ouverte au public depuis peu. Toutes ses œuvres sont figuratives et représentent pour la plupart des carnets de voyage. L’artiste, très souvent en Europe, Amérique, Asie, en profite pour immortaliser des paysages, des personnages, des scènes de la vie. “Si beaucoup aiment sortir leur appareil photo, elle, ne se sépare jamais de sa boîte à pinceaux et de ses aquarelles”, témoigne Christian, son mari.Mais c’est au Maroc, dans le Haut Atlas (aux environs de Ouirgane, Asni…), qu’elle puise ses principales sources d’inspiration: les petits douars perdus au creux des majestueuses montagnes, les jeunes filles berbères arborant leurs beaux bijoux, les enfants en train de jouer au seuil de leur maison. De toute évidence, l’artiste porte un grand amour à la nature, et en particulier, aime dessiner les montagnes, fleurs, animaux, arbres, champs… Les villes andalouses, comme Séville ou d’autres, inspirent aussi bon nombre de ses œuvres, qui représentent des scènes de la vie quotidienne à l’intérieur des maisons ou dans l’enchevêtrement des ruelles. Si elle réalise quelques peintures à l’huile, sa préférence va tout de même à l’aquarelle. “Avec l’aquarelle, je n’ai pas droit à l’erreur, je ne peux pas recouvrir un trait mal fait. Le geste doit donc être sûr et précis. En réalité, c’est une technique très difficile”, confie-t-elle. Pour certains de ses tableaux, elle utilise une technique de peinture à l’encre, empruntée à la calligraphie japonaise. Tous les tableaux de Madeleine Stock sont frais, légers et dégagent une impression de gaieté et de joie. Ses couleurs préférées sont pastel et le vert se retrouve dans toutes ses oeuvres. De toute évidence, Madeleine peint avec une grande facilité. Et cette célérité artistique lui vient certainement aussi de sa longue expérience. Cela fait une trentaine d’années qu’elle peint. Elle a d’ailleurs réalisé de nombreuses expositions non seulement au Maroc (Casablanca, Marrakech, Agadir), mais aussi à l’étranger (en France, Guadeloupe…). Les arts plastiques occupent une très grande place dans sa vie. Ce n’est pas seulement un hobby, c’est aussi son métier: elle est professeur d’arts plastiques au lycée Lyautey de Casablanca. En plus de ses activités artistiques, Madeleine Stock a une autre passion, l’Aïkido, qu’elle enseigne.Nadia BELKHAYAT

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc