×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Enquête

L'OFPPT fignole sa nouvelle organisation

Par L'Economiste | Edition N°:303 Le 06/11/1997 | Partager

Un vent de modernisation souffle sur l'OFPPT. L'Office a une nouvelle organisation. Pour l'heure, le cabinet Bossard travaille d'arrache-pied sur son instrumentation. Celle-ci devra être finalisée avant l'année prochaine.


L'Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail (OFPPT) a une nouvelle organisation. L'organigramme est fin prêt et les acteurs commencent à travailler selon les nouvelles nominations. C'est ce qui a été annoncé lors de la réunion annuelle des directeurs des établissements de formation(1). L'Office a fait appel à l'expertise du Cabinet Bossard Consultants(2).
La nouvelle organisation est déjà opérationnelle depuis septembre. Le cabinet Bossard travaille pour l'heure sur l'instrumentation de cette organisation et notamment la description des procédures. Le but principal est de développer la réactivité de la formation aux besoins de l'économie et renforcer le contrôle de qualité du dispositif. En effet, l'Office tire les leçons de l'inefficacité de la politique de décentralisation. Elle ne s'est pas toujours accompagnée de l'amélio-ration de la qualité. Il est ainsi recommandé notamment de rapprocher la décision du terrain. «L'Office se met dans l'optique d'une société de services. Aussi les établissements doivent-ils béné-ficier d'une grande autonomie pour pouvoir s'adapter aux besoins des entreprises», indique M. Abdelhak Moutawakkil, directeur du Développement. Rappelons que la décentralisation a démarré à partir de 1987 avec 10 établissements-pilotes. En 1995, le processus fut généralisé.

Mais pour pou-voir parler d'auto-nomie, il faut que les compé-tences puissent suivre. «Aussi dans cette nouvelle organi-sation, les centres de formation des formateurs sont-ils considérés comme la pépinière des ingénieurs de formation. Ils sont chapeautés par la Direction de Recherche et d'Ingénierie de la Formation», note le directeur du Développement. Des contrats programmes ont été signés avec les dix CFF. Ceux-ci sont chargés de la mise à niveau des programmes et de la formation des formateurs.
Outre l'autonomie, ce travail d'instrumentation devra se pencher sur la mise en place de tableaux de bord et de contrôle de gestion, les fiches de postes et délégation de signature et l'organisation des établissements de formation professionnelle. Le comité de pilotage, réuni le 30 octobre, a approuvé l'étape de cadrage.
Trois niveaux ont été identifiés. Il s'agit des établissements, des directions régionales et enfin du siège. L'étape de cadrage a donné un aperçu sur leurs missions. Pour le premier, centres de production, le niveau de responsabilité n'est pas formellement décrit. Les missions des directions régionales, entités de coordination, sont décrites mais leur légitimité reste à développer. Quant aux missions du siège, elles sont décrites, mais leur positionnement doit évoluer. Le diagnostic a relevé notamment que les procédures sont hétérogènes, mal maîtrisées par les acteurs et peu pilotées par la direction générale.

(1) Cette cinquième réunion annuelle des directeurs des établissements de formation professionnelle s'est tenue au siège de l'Office le 31 octobre.
(2) C'est le cabinet qui a réalisé entre autres l'étude sur l'épargne au profit du Ministère des Finances.


L'évaluation entre à l'Office

LE personnel de l'Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail (OFPPT) aura bientôt son statut propre. Les négociations sont en cours avec le gouvernement. L'Office a pu obtenir l'approbation du Ministère de tutelle. Reste encore celle du Ministère des Finances. Premier pas franchi: le personnel de l'Office a bien obtenu sa prime de logement. Au-delà de l'aspect financier, ce qui manque encore c'est une réelle gestion des performances et la progression des meilleurs éléments. «C'est ce cadre-là que l'Office négocie avec l'Etat», affirme M. Mounir Chraïbi, directeur général de l'Office.
Les comptes hors-budgets constituent le principal point en faveur de l'OFPPT. Ce sont les recettes que réalisent les établissements de formation grâce aux différentes prestations offertes notamment aux entreprises. Au titre de 1996/1997, l'Office a pu réaliser 7 millions de DH d'entrées, soit environ la moitié de l'impact de la prime de logement. Autre point devant plaider en faveur de l'Office, la productivité à l'intérieur de la masse salariale.

Pour l'heure, l'Office est en train d'élaborer un nouveau système d'appréciation, en collaboration avec le cabinet LMS. Le diagnostic effectué il y a deux ans a été confirmé par LMS. Il en est ressorti que les incapacités découlent de la soumission à la fonction publique. Ce nouveau système de gestion des ressources humaines va entrer en vigueur en 1998. Ses grands axes concernent notamment la rétribution de la performance, la formalisation et la simplification des procédures.
Le cabinet a identifié 12 grilles de notation, proposé un modèle d'appréciation des performances et élaboré un manuel de procédures.

Malika EL JOUHARI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc