×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Livres marocains
Le lectorat français séduit
De notre correspondant à Paris, Mohamed MOUNADI

Par L'Economiste | Edition N°:3245 Le 01/04/2010 | Partager

. Promo des éditeurs nationaux au salon de Paris . Objectif: doper les ventes de livres notamment pour la jeunesseLes éditeurs marocains de livres sont bel et bien décidés à conquérir le lectorat français. Cette année, ils ont répondu présents à la 30e édition du Salon international du livre qui s’est déroulée à Paris du 26 au 31 mars. Pour sa 29e participation à l’événement, le pavillon national a mis le paquet. Ainsi, la surface d’exposition est plus importante par rapport aux années précédentes (60 m² et plus), regroupe pas moins de 300 titres d’ouvrages, des «nouveautés» pour la plupart. Onze éditeurs marocains étaient au rendez-vous. Parmi eux, Le Fennec, Marsam, Yomad et La Croisée des Chemins. Toute la logistique a été orchestrée par le ministère de la Culture, en collaboration avec le ministère chargé de la Communauté marocaine résidant à l’étranger et le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME). L’enjeu d’ailleurs n’est pas des moindres. «Il s’agit de faire la promotion de la production marocaine de livres et de fidéliser les contacts avec les auteurs, éditeurs, distributeurs et revendeurs étrangers», explique Leila Lahlou attachée au ministère de la Culture. Et d’ajouter que «les maisons d’édition marocaines sont de plus en plus convaincues de la nécessité de participer aux différents salons du livre, que ce soit à l’étranger ou même au Maroc». Il faut dire que, chaque année, plus de 2.000 livres sont produits au Maroc, avec un taux de croissance annuel estimé à 10% en moyenne. Ces livres sont édités en trois langues: arabe, français et amazigh et concernent toutes les catégories littéraires. Une diversité que la participation marocaine au salon du livre à Paris a tenu particulièrement à mettre en avant et qui a apparemment séduit le public français, très nombreux à visiter le stand. De fait, les ouvrages ont été sélectionnés de manière à répondre à tous les goûts. On y retrouve des romans, des essais, des livres d’images, de cuisine et même des recueils de poésie. Mais l’accent a particulièrement été mis sur les livres pour enfants. Une production encore tâtonnante, qui se monte à peine à 80 ouvrages par an, et qui reste encore très boudée par les distributeurs car estimée peu rentable. C’est pourquoi, pour doper leurs ventes sur ce créneau, les éditeurs se tournent vers les enfants de MRE. Ils invoquent à ce niveau l’urgence de transcrire le patrimoine culturel marocain oral relaté notamment dans les contes populaires, qui risque de s’éteindre avec la disparition des anciens. La 30e édition du Salon du livre, qui se tient à l’espace d’expositions de la Porte de Versailles sur un pavillon de 1.000 m2, est marquée par la participation de 25 pays. Pour fêter ses 30 ans, le salon propose cette année une édition anniversaire exceptionnelle où 2.300 auteurs offrent des dédicaces et où 500 conférences sont organisées ainsi que des débats et des rencontres. Le livre électronique et les nouvelles technologies en matière de lecture bénéficient pour leur part d’un espace spécial, donnant à voir les nouveaux supports, dernières avancées numériques et plus d’une vingtaine de conférences sur le sujet. Un espace est également entièrement dédié au Cinquantenaire des indépendances africaines. Animé par Cultures France, il offre toute une palette de débats intellectuels, de lectures et de rencontres avec 50 auteurs et artistes africains. Chacun des débats met à l’honneur un pays africain qui commémore ses 50 ans d’indépendance. Autre temps fort de ce salon, une soirée exclusivement consacrée à Haïti et dont les recettes iront à une ONG haïtienne.


Trentenaire

Le Salon du livre de Paris, qui s’est ouvert vendredi dernier, a invité pour son 30e anniversaire 90 auteurs français et étrangers de renom. L’an dernier, 198.150 personnes avaient écumé les allées de cette bibliothèque géante, soit 20% de plus qu’en 2008. Cette année, le salon espérait attirer pas moins de 200.000 visiteurs.C’est pratiquement chose faite. Pour son trentenaire, le salon n’a désigné aucun pays comme «invité d’honneur», même si la Russie reste l’invité phare, avec un stand de 350 m2. Le pays de Tolstoï présente d’ailleurs plus de 1.000 ouvrages publiés par des maisons d’édition contemporaines. Par ailleurs, Pal Sarkozy, le père du chef de l’Etat français, a également répondu présent. Il a dédicacé son livre «Tant de vie» dimanche après-midi sur le stand des éditions Plon. Les visiteurs pouvaient rencontrer plusieurs auteurs célèbres, parmi lesquels Frédéric Beigbeder, Enki Bilal, Emmanuel Carrère, Yves Coppens et Marie Darrieussecq.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc