×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

Les USA en avance sur l'Europe

Par L'Economiste | Edition N°:403 Le 18/12/1998 | Partager

UN rapport a dévoilé que les pays nordiques avaient consacré le minimum de budget pour résoudre le problème du bug 2000. Il en va de même pour les dépenses réservées à l'informatique, qui sont les plus faibles par rapport à leur budget total. Ainsi, la Norvège, la Finlande et le Danemark ont un budget annuel pour l'an 2000 variant entre 2 et 3 milliards de Dollars chacun, ce qui représente 35% à 45% de leurs dépenses annuelles prévues pour l'informatique.
De son côté, l'Espagne craint le pire. Son problème du bug 2000 de 11 milliards de Dollars équivaut la totalité des dépenses informatiques du pays. Résultat: le tiers des entreprises espagnoles ne "finiraient" pas à temps (n'arriveraient pas à résoudre ce problème) d'ici le 1er janvier 2000.
D'autres pays ont précisé qu'ils ne seront probablement pas prêts à sortir de cette impasse. En Hollande, par exemple, le cinquième de la totalité des entreprises ne seraient pas au point d'ici le 1er janvier 2000. La Grande-Bretagne occupe la deuxième plus mauvaise place: 13% des entreprises ne sont pas à jour dans leurs systèmes. L'Allemagne vient juste après.
Les Etats-Unis est le pays qui a le mieux cerné cette situation. Ils ont déjà dépensé 655 milliards de Dollars sur les 862 milliards de Dollars prévus pour la résolution du bug 2000. Ceci représente 90% de leurs dépenses annuelles destinées à l'informatique. Toutefois, en se basant sur les démarches américaines pour sortir de cette impasse, l'étude prévoit 1% à peine d'entreprises américaines qui ne pourraient pas être prêtes à temps. Dans les autres pays comme l'Italie, la Norvège et la Finlande, toutes les entreprises étaient préparées à affronter le bug 2000. Les chiffres avancés par le rapport sont de 2% pour le Danemark, 3% pour la Suède et 4% pour la France et la Belgique.
Néanmoins, Chris Weber, l'auteur du rapport, a déclaré qu'en demandant aux entreprises si elles étaient prêtes ou pas à faire face au bug de l'an 2000, il avait également soulevé la question des critères utilisés par les personnes interrogées pour tester leurs systèmes informatiques. "Certaines entreprises sont plus rigoureuses que d'autres dans leur test, mais leur efficacité reste à vérifier".

Traduction: Majda BENKIRANE
L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc