×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

De bonnes sources

Les scoops du jour

Par L'Economiste | Edition N°:1499 Le 16/04/2003 | Partager

. Elections: Délai supplémentaire pour les inscriptions Les personnes n'ayant pas pu s'inscrire dans les délais sur les listes électorales bénéficieront d'un délai supplémentaire s'étalant du 18 au 24 avril courant, indique mardi un communiqué du ministère de l'Intérieur. Les inscriptions seront ouvertes durant ce délai, y compris entre 12 et 14 heures 30, précise le texte. Tout électeur inscrit peut demander, pendant cette période, la radiation d'une ou plusieurs personnes indûment inscrites. De même, que tout intéressé, dont la demande d'inscription a été rejetée peut introduire une réclamation en l'objet, auprès de la Commission de jugement qui se réunira les 25 et 26 avril, ajoute le communiqué. . La politique énergétique au menu du Conseil de GouvernementLe Conseil de Gouvernement se réunira demain jeudi 17 avril à Rabat. L'ordre du jour du Conseil comporte un exposé du ministre de l'Energie et des Mines sur la politique énergétique. Le Conseil de Gouvernement examinera, par la suite, deux projets de lois, le premier modifiant et complétant la loi sur les autoroutes et le second modifiant et complétant la loi relative aux unités de mesure. Il examinera également deux projets de décrets portant sur la mise en application de la loi sur le tabac brut et le tabac manufacturé et la modification du décret sur l'octroi d'une rémunération complémentaire aux enseignants-chercheurs dans les Facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire. Le conseil de gouvernement se penchera enfin sur l'examen d'une convention internationale sur le transport routier des personnes et marchandises entre le Royaume du Maroc et la République du Liban. . Lancement de “Kounouz Biladi” Le Maroc se mobilise pour revitaliser son tourisme interne. La campagne «Kounouz Biladi«, décidée il y a quelques semaines suite aux difficultés touristiques résultant de la guerre en Irak, a été lancée lundi dernier. Elle se poursuivra jusqu'au 18 mai. La campagne a comme principal objectif de réduire les répercussions de la guerre. Il s'agit d'une offre promotionnelle de 50% sur le package hébergement seul ou avec le transport. “Kounouz Biladi”, dont les offres ont commencé à attirer l'attention, concerne uniquement les nationaux et résidents étrangers au Maroc qui désirent voyager à l'intérieur du pays.. Reprogrammation de la journée sur la réforme des médiasLe ministère de la Communication organise les 21 et 22 avril des journées d'études sous le thème «Média, démocratie et développement: Les enjeux de la réforme«. Cette rencontre est organisée en partenariat avec le Syndicat national de la presse marocaine et d'autres partenaires du monde médiatique. Ces journées ont été initialement prévues en mars dernier. Mais elles ont été reportées à cause de la guerre. Cette rencontre vise à engager une réflexion sur la réforme du secteur de la communication. .Crise Irak: La Banque Mondiale redoute un impact pour le MarocLa Banque Mondiale s'inquiète pour les économies de la région MENA. Pour l'institution, les incertitudes autour de la période d'après-guerre en Irak demeurrent entières, la crise pouvant persister même après la fin du conflit. Le Maroc ferait partie comme la Jordanie, l'Egypte et la Tunisie des regions les plus concernées. «Le tourisme s'est effondré, les prix du pétrole chutés, le commerce des produits pétroliers et non pétroliers avec l'Irak stoppé, l'investissement direct interrompu et celui étranger a diminué«, a souligné Mustapha Nabli, économiste en chef de la banque pour la region, qui s'exprimait vendredi dernier à Washington. «L'instabilité dans la région ne serait probablement pas résolue rapidement, ralentissant probablement des réformes dont a besoin le Moyen-Orient pour ancrer davantage son économie au reste du monde«. Pour l'expert, les retombées sur le Maroc et la Tunisie seraient ressenties, surtout au niveau du tourisme et du commerce non pétrolier.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc