×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Les premiers pas des fonds humanitaires

Par L'Economiste | Edition N°:1499 Le 16/04/2003 | Partager

. Lancés en 2001 par Wafa Gestion, ils viennent de boucler un an d'exercice. Le total des souscriptions en 2002 a été de 5,103 millions de DH Protection de l'environnement, contribution à l'amélioration de l'emploi, aide aux associations humanitaires. Autant de causes pour investir dans les fonds humanitaires. Il suffit que ces derniers investissent en Bourse (actions ou obligations) selon ces critères sélectifs pour qu'ils soient à la fois rentables et conformes aux objectifs définis. Ces fonds qui ont déjà fait leurs preuves aux Etats-Unis et en France commencent à percer au Maroc grâce notamment à l'action de Wafa Gestion. “Les fonds humanitaires au Maroc permettent d'innover tout en capitalisant sur une tradition marocaine de solidarité et de générosité en déperdition par manque de structures modernes et pérennes”, explique Abdelhak Errakhmi, administrateur directeur général de Wafa Gestion. Lancés pour la première fois au Maroc en 2001 par la filiale de Wafabank, les fonds humanitaires viennent de boucler leur première année pleine d'exercice et ont permis la distribution de 200.000 DH de revenus pour 2003. Pour ce premier exercice, le total des souscriptions a été de 5,103 millions de DH, dont 2,3 réalisés par Cap Générosité (fonds diversifiés obligations et actions), 1,7 million de DH par Cap Solidarité (dédié aux obligations seulement) et 1,02 million de DH pour le dernier-né Attakafoul. Les 200.000 DH de revenus récoltés ont été distribués, mardi 7 avril, à 23 associations caritatives. Cette opération a été réalisée sous le contrôle d'une association indépendante à but non lucratif, “Attadamoun”, dont sont issues deux commissions. Une commission scientifique, constituée de personnalités connues pour leur expertise et leur intégrité, qui agrée après audit les associations susceptibles de recevoir les produits et revenus des FCP (fonds communs de placement). Quant à la commission de gestion, elle veille sur la vocation humanitaire des fonds et le versement effectif de leurs produits et revenus aux associations sélectionnées. . L'affectation des revenusPour une plus grande souplesse, il a été prévu quatre formules de souscription. Le mécène a ainsi la possibilité d'affecter les revenus et produits de ces FCP à une association qu'il aura désigné ou à défaut à toute autre association désignée par Attadamoun. A son décès, ces parts reviendront à ses héritiers ou ses ayants droit. Pour ce qui est de la seconde formule, il est prévu l'affectation des revenus à une association qu'il désignera et à son décès, les parts iront à une ou plusieurs associations qu'il aura choisi de son vivant. Si ces associations ne peuvent pas être propriétaires des fonds, ceux-ci reviendront à ses héritiers. Le souscripteur peut aussi affecter les fruits des FCP à une association qu'il aura désignée. Une fois décédé, c'est Attadamoun qui sera propriétaire des FCP et les revenus continueront à être affectés à l'association désignée.La dernière formule prévoit l'affectation par le souscripteur des revenus et produits des FCP à une association qu'il désignera et à sa mort, les fonds investis dans les FCP reviendront à Attadamoun et leurs produits seront affectés à l'association désignée. La souscription à ces FCP est possible à partir de 1.000 DH avec la possibilité pour le souscripteur de récupérer, à tout moment, de son vivant le montant investi.Fédoua TOUNASSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc