×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Les GPL voués à un avenir prometteur

Par L'Economiste | Edition N°:1653 Le 02/12/2003 | Partager

. Une radioscopie du secteur a été réalisée par BMCE Capital . Forte évolution dans les années à venir pour le propane. Les GPL occupent la 3e place dans la consommation des produits pétroliers après le gasoil et le fuelConsommerons-nous plus de propane que de butane dans les années à venir? en tout cas, selon l'étude réalisée par BMCE Capital, une forte évolution du propane est attendue. La demande pour le butane se stabiliserait aux alentours de 1,3 million de tonnes, l'installation d'infrastructures pour la distribution du gaz naturel n'étant pas à l'ordre du jour en raison de son coût prohibitif. L'évolution du propane répondrait aux besoins en énergie, outre de la céramique, de plusieurs secteurs répertoriés en tant que stratégiques pour l'économie nationale. Il contribuerait également à favoriser le développement de certaines activités comme l'aviculture, le séchage de fruits et la serriculture qui sollicitent une demande additionnelle en propane. Aussi ce produit se propose en tant qu'alternative au courant électrique et au fuel industriel, dont les prix demeurent relativement élevés. L'évolution de la consommation des GPL (gaz de pétrole liquéfié) devrait faire évoluer la réglementation dans le sens d'un rehaussement des mesures de sécurité au niveau du stockage, du transport et de la distribution de ces produits. D'ailleurs, une charte de conduite a été signée récemment par les six sociétés membres du groupement des pétroliers du Maroc (GPM) dans ce secteur. Elle concerne l'amélioration des standards d'hygiène, de la sécurité, du transport et de la distribution de butane-propane sans oublier la protection de l'environnement. Le contrôle des bouteilles de gaz aussi bien en quantité qu'en qualité est pris en compte. Les sociétés engagées par ce protocole sont Shell, Salam Gaz, Total Maroc, Afriquia, Taissir Primagaz et la Société de distribution de butane et de propane. Le volet de sécurité et d'hygiène est très présent dans la charte et les engagements des membres de GPM sont nombreux. Pour les bouteilles de gaz en circulation (plus de 30 millions), principal point noir dans la filière, la vérification de la conformité des bouteilles et des accessoires avant emplissage est inscrite au programme.En revanche, le cadre réglementaire administré du butane pourrait être maintenu encore pour plusieurs années en raison de son importance dans l'équilibre social du Royaume. “L'Etat se trouve aussi contraint de continuer à subventionner ce segment, sachant que son coût financier devient de plus en plus pesant pour son budget”, est-il relevé du côté de BMCE Capital. Le marché du butane ne devrait donc pas connaître de changements notables dans les années à venir dans la mesure où chacun des intervenants dispose d'une part de marché plus ou moins importante et où des marges confortables sont garanties par l'Etat. “Pour le segment propane, la forte concurrence que se livrent les opérateurs tire leurs marges vers le bas”, expliquent les analystes de BMCE Capital. Cette situation pourrait aboutir à une reconfiguration du secteur à travers plusieurs opérations de fusions-absorptions. Enfin, il convient de signaler que la distribution des GPL au Maroc devrait se professionnaliser davantage. “Il s'agit avant tout d'un métier de services où la relation avec le client est primordiale dans la fidélisation de l'utilisateur”, indique-t-on du côté de BMCE Capital. A cet effet, les opérateurs sont tenus d'accroître leurs taux de pénétration car l'effet parc joue un rôle stabilisateur et procure plus de visibilité et de récurrence en matière d'activité. La consommation marocaine des GPL s'est inscrite sur un trend haussier durant la dernière décennie, marqué par un doublement des volumes. En effet, cette consommation a atteint les 1.260 tonnes métriques en 2002 comparé à 593 tonnes métriques en début de période, soit un taux d'accroissement annuel moyen de 6,5%. Elle est dominée à hauteur de 90% par le butane qui, considéré comme un produit social, bénéficie d'un niveau élevé de subventions étatiques, soit 1 milliard de DH par an. La demande annuelle en butane évoluait de plus de 10% jusqu'à la fin des années 80. Depuis, la consommation a connu un ralentissement, limitant sa croissance annuelle à un taux moyen de 6,4% entre 1990 et 2002. Cette situation se justifie par la saturation du marché et par le changement dans les habitudes des ruraux. En effet, ceux-ci utilisaient le butane comme source d'éclairage avant l'électrification de leurs zones d'habitations.


Plan prioritaire

Un plan d'action a démarré depuis janvier 2003 par la création d'une commission technique chargée de mettre en place un plan prioritaire dans les centres remplisseurs. Cette commission devra présenter un premier bilan en décembre prochain sur la situation du secteur gazier et les mesures prioritaires à prendre. Une sous-commission élabore actuellement un travail sur le problème spécifique de la conformité des bouteilles, notamment la réépreuve, le calibrage et la sécurité en général. La consommation nationale en butane est actuellement de l'ordre de 1,3 million de tonnes par an. Au total, le GPL occupe actuellement la 3e place (près de 20% au lieu de 9 il y a une dizaine d'années) dans la consommation des produits pétroliers après le gasoil et le fuel. Ce secteur qui a connu un développement considérable, notamment avec l'alimentation des zones rurales en butane, a suscité un grand intérêt des sociétés pétrolières. Ainsi, une trentaine de centres remplisseurs ont été créés ces dernières années. Leur capacité s'élève à plus d'un million de tonnes par an. Une vingtaine de sociétés assurent la distribution des GPL.Fédoua TOUNASSI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc