×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Dossiers

LES CAHIERS DE L’EMERGENCE
Sac plastique: 4 milliards de DH de business

Par L'Economiste | Edition N°:3260 Le 22/04/2010 | Partager

. Le secteur est représenté par 143 entreprises. L’impact environnemental des sacs plastique pointé du doigt. L’arrêté d’interdiction du plastique noir n’est pas appliqué Comment expliquer à l’épicier du quartier qu’il est plus écologique de distribuer un sac biodégradable? En dehors de la grande et moyenne distribution, les épiceries, les petits commerces et les marchands au souk notamment sont de grands distributeurs de «mica». La part distribuée par les enseignes de distribution ne représente que 1,2% de la consommation totale. L’achat en sac plastique est fortement ancré dans les habitudes de consommation. Ces sacs sont également réutilisés à titre de poubelles dans plusieurs foyers. Le Maroc produit chaque année 183.500 tonnes de sacs plastiques. Le secteur est représenté par 143 unités pour un chiffre d’affaires de 4,4 milliards de DH. D’après le département de l’environnement, le prix du kg est estimé à 20 DH. Celui-ci passe à 25 DH pour le sac blanc.Entre 2003 et 2008, la consommation de sacs en plastique est passée de 5 à 9 kg/habitant. Près de 3 milliards de sacs plastique ont été distribués en 2008 contre 1,5 milliard en 2003. Au-delà des statistiques, l’impact négatif des sacs plastique traditionnel sur l’environnement est pointé du doigt. Il s’agit notamment de la dégradation des paysages naturels et de l’esthétique des villes. En général, ces sacs sont utilisés durant 30 mn, mais ils mettent 400 ans pour se dégrader.L’arrêté ministériel de septembre 2009 était censé contribuer à l’éradication du sac en plastique noir notamment. Cependant, «l’application effective de cette règle n’a débuté qu’en février dernier pour les sacs noirs et début avril pour le autres sacs», est-il indiqué auprès du ministère du commerce. A titre comparatif, la réglementation française interdit, depuis janvier 2010, la distribution au consommateur final des sacs de caisse en plastique à usage unique non biodégradable. Déjà en Afrique du Sud, seuls les sacs biodégradables sont autorisés. En revanche aux Etats-Unis, les supermarchés et les magasins distribuent à leurs clients des sacs papier en kraft. L’expérience des sacs biodégradables est embryonnaire au Maroc. Depuis février 2010, Label’Vie et Carrefour distribuent des sacs biodégradables. Marjane devrait suivre la même tendance dans les prochaines semaines.A côté, plusieurs initiatives sont mises en place afin de favoriser la réduction des sacs en plastique en circulation. Il s’agit notamment des campagnes de collecte et d’élimination des sacs en plastique réalisées conjointement par le Département de l’environnement et l’Association professionnelle des cimentiers (APC). En 2009, cette campagne a permis la collecte et l’élimination de 100 tonnes de sacs plastique dans les fours des cimentiers. En outre, l’objectif affiché est de sensibiliser les populations à l’utilisation d’autres alternatives comme le couffin ou le panier.


Expérience béninoise: Du sac plastique au sac à main
«Qui dit mieux», qui, au départ, était une troupe théâtrale composée uniquement de femmes s’est orientée peu à peu vers des activités de sensibilisation sur la santé et l’environnement. A ce titre, Grâce Dotou, présidente de la troupe, a eu l’idée de valoriser les sachets en plastique qui dégradaient l’image de la capitale béninoise. Elle a mis 6 mois pour confectionner un premier sac à partir des morceaux de sacs plastiques ramassés dans la rue. Une fois récupérés, ces sacs sont ensuite lavés, désinfectés, découpés en fines bandes puis tissés. Cette expérience a abouti à la création d’une mini entreprise qui compte aujourd’hui 20 membres dont cinq permanentes. En cas de grosses commandes, l’entreprise peut recruter 25 femmes pour le ramassage, 40 pour le lavage et environ 50 pour le tissage. Les femmes commercialisent actuellement, grâce au recyclage des sacs plastique, différents modèles de sac à main, des pochettes, des chapeaux, des chéchias, des napperons, des poupées notamment. F. Fa
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc