×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Dossiers

LES CAHIERS DE L’EMERGENCE
Huile d’olive : Des projets à la pointe du progrès

Par L'Economiste | Edition N°:3264 Le 28/04/2010 | Partager

. Des variétés spécifiques font leur entrée au Maroc . Mais la commercialisation tarde à suivre L’oléiculture séduit. C’est le constat qui s’impose, au vu des projets qui foisonnent partout dans les régions de production arboricole. Des régions comme le Haouz, le Tadla, Fès Saïss ou encore le Gharb sont en phase de mettre en place d’importants projets intégrés. Trait distinctif à souligner, l’essentiel de ces projets est à vocation exclusivement huile d’olive. C’est particulièrement le cas de la société Agro-healt dont les produits sont valorisés et commercialisés par «Atlas olive oils». Une affaire familiale fondée en 1987. La famille Aqallal produit et exporte l’huile d’olive depuis plusieurs générations. «Et ses marchés comptent parmi les plus exigeants», souligne Othmane Aqallal, directeur général d’Atlas olive oils. Environ 60% de la production est exporté sur les Etats-Unis. D’autres débouchés comme le Canada, l’Australie, l’Allemagne, la Grande Bretagne, la Chine et le Japon en absorbent 20% alors que le reste est écoulé sur le marché local. Il faut dire que le design, l’emballage et la qualité n’ont rien à envier aux produits les plus prestigieux connus de par le monde. L’huile titre tout au plus 0,1° d’acidité. Le secret ? «Un système de trituration à deux phases s’insérant dans le développement durable», révèle Aqallal. Procédé appuyé aussi par des bonnes pratiques: le temps entre la cueillette et la trituration ne dépasse guère les 20 minutes, est-il précisé. Agro-healt dispose de 3 nouvelles plantations dont 2 sont équipées d’unités de trituration. C’est le cas des fermes de Marrakech (250 ha) et du Brouj (150ha). L’unité de Fquih Bensalah où 170 ha ont été plantés sur les 300 que compte l’exploitation aura son usine en 2011. Date qui coïncide avec l’entrée en pleine production des arbres. Bien qu’à cette échéance, la plantation aura à peine 5 ans d’âge. Et pour cause ! Les variétés utilisées se distinguent par des rendements élevés. Pas moins de 8 tonnes/ha ont été récoltées à la 3e année. Et les prévisions tablent sur 15 à 18 tonnes/ha dès la 7e année. Niveau de rendement qu’expliquent la performance des variétés mais aussi la forte densité des plantations: 1.850 arbres/ha. A noter que la plantation a été réalisée mécaniquement par un partenaire espagnol qui a fourni les plants et en assure encore l’encadrement et le suivi technique. Deux variétés d’origine espagnole, l’Arbiquina et l’Arbosana coexistent avec la coronake grecque. Pour permettre la mécanisation de la récolte, la taille pratiquée doit maintenir la hauteur des arbres à 3 mètres maximum. Côté équipements, la plantation de Fkih Ben Salah, située dans une zone semi désertique, est irriguée par le système goutte à goutte piloté par un programmateur qui assure aussi la fertigation. Le tout, grâce à trois forages reliés à deux bassins de stockage des eaux. Autant dire qu’on est de plain-pied dans le développement durable. Mais le grand défi demeure lié au développement des marchés d’exportation. «Le coût de prospection et de pénétration de ces débouchés est sans commune mesure avec les moyens des opérateurs», avoue Aqallal.A. G.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc