×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Dossiers

LES CAHIERS DE L’EMERGENCE
Forte présence des Allemands au Siam

Par L'Economiste | Edition N°:3264 Le 28/04/2010 | Partager

. De grands groupements professionnels au rendez-vous. Agro-alimentaire et bovin reproducteur, les centres d’intérêt . Signature d’un accord sur la sécurité alimentaire L’Allemagne est fortement représentée à la 5 e édition du Salon international de l’agriculture qui s’ouvre ce mercredi 28. Une présence à apprécier non pas en termes de superficie d’exposition mais plutôt au niveau de la qualité de la délégation fédérale. A côté de la délégation officielle, conduite par le ministre adjoint chargé de l’Alimentation, de l’agriculture et de la protection des consommateurs, participent des organisations professionnelles de taille considérable. Agro-alimentaire, élevage et négoce des fruits et légumes y sont représentés au plus haut niveau.A titre d’illustration, la Fédération des exploitants et coopératives agro-alimentaires compte près de 3.000 regroupements et réalise un chiffre d’affaires de plus de 450 milliards de DH. L’Union fédérale des producteurs de fruits et légumes, autre géant qui regroupe les négociants, draine un chiffre d’affaires annuel de 25 milliards de DH. De sorte que le marché marocain est ciblé aussi à l’import qu’à l’export. Mais au préalable, la participation allemande sera marquée par la signature d’un accord de coopération dans le domaine de la sécurité alimentaire. Histoire d’affiner les mécanismes des échanges. Car, sur ce registre, la partie allemande veut développer ses ventes de bovins reproducteurs. Ambition, justifiée par les objectifs du Plan vert. Quid alors de ce marché? L’Allemagne possède un cheptel bovin de quelques 13 millions de têtes, dont près de 4,2 millions de vaches laitières. C’est l’effectif le plus important d’Europe. De l’avis d’éleveurs marocains, ce cheptel se distingue par des performances inégalées car, faisant l’objet d’évaluations périodiques par la R&D. D’où le premier rang mondial qu’occupe cette origine en tant qu’exportateur de bovins reproducteurs. Pas moins de 78.000 têtes et environ et 2,85 millions de semences ont été exportées. Le Maroc figure parmi les gros clients des éleveurs allemands. En 2008, les achats du Maroc ont porté sur 6.000 génisses et 14.000 portions de spermes bovins. Chiffres qui sont passés respectivement à 11.200 et 60.000 l’année suivante. A noter que ce commerce est soumis à des prescriptions vétérinaires strictes garantissent un contrôle précis de tout le cheptel. Seuls les bovins disposant d’un certificat vétérinaire officiel sont commercialisés. En vertu de la loi allemande, les associations d’élevage qui ont la charge de l’amélioration génétique doivent tenir un registre sur les activités des stations d’insémination artificielle. La profession est aussi chargée de réaliser les programmes de sélection génétique.Parallèlement, l’analyse des rendements (lait et viande) est assurée par 14 organismes de contrôle et de certification qui couvrent l’ensemble du territoire fédéral. En 2009, près de 3,5 millions de vaches ont fait l’objet d’un contrôle, soit plus de 85% du cheptel laitier. Mais faut-il encore préciser que plus de 80% des vaches et génisses sont inséminées artificiellement. Et le procédé est fortement réglementé. C’est un facteur important de la garantie d’origine.


Les races

Représentant 65% des races, les vaches Holstein à robe pie noire ou pie rouge constituent l’essentiel de l’effectif laitier. Il est exploité par 22.000 entreprises d’élevage qui possèdent plus de 1,7 million de vaches répertoriées. Ce troupeau est appuyé annuellement par 1.000 taureaux de testage. La Fleckvieh allemande, race à double usage (laitier et viande rouge), demeure la plus prisée par le marché mondial. Cette race compte environ 650.000 vaches conduites par 18.000 entreprises. Elevage accompagné chaque année par 550 à 600 taureaux de testage qui font l’objet de programmes d’examen inter-régionaux. La Braunvieh (race brune allemande) est originaire de la région des Alpes. Près de 4.900 entreprises élèvent 143.000 génisses répertoriées. Il s’agit aussi d’un troupeau à double usage mais avec un rendement plus élevé pour la production laitière. De par sa teneur en protéines, le lait des Braunvieh est essentiellement utilisé pour la production de fromage.A.G.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc