×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 26/11/2021
Mobilité

Comment une ville peut devenir un champion de l’export automobile, accueillir le TGV et ne pas...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Le «Théâtre Nomade» tend la main aux exclus

Par L'Economiste | Edition N°:3188 Le 12/01/2010 | Partager

. Une centaine de jeunes recevront une formation en «arts de la rue». Objectif: les insérer dans la vie activeThéâtre, acrobatie, danse, jonglage, marionnettes, ce sont quelques-unes des activités du «Théâtre Nomade», une association culturelle fondée à l’initiative du comédien acrobate Mohamed El Hassouni. Disposant d’un chapiteau itinérant, la compagnie travaille essentiellement dans la banlieue de Salé, à l’arrondissement Laâyayda. Mais à l’avenir, les onze membres du «Théâtre Nomade» se déplaceront dans d’autres villes, avec leurs camions et caravanes, un peu à la manière des compagnies de cirque. Vendredi dernier, la compagnie a donné un spectacle de rue, avec des parades artistiques sur une distance de 3 km au quartier Oued Eddahab à Salé. C’était pour marquer le lancement d’une action sponsorisée par la délégation de l’Union européenne à Rabat et qui s’étale sur une durée d’une année.L’action «Les arts de la rue, un Espoir pour les Jeunes Exclus» vise à former le maximum de jeunes défavorisés ou délinquants aux métiers des arts de la rue, pour les réhabiliter et leur permettre par la suite de trouver un emploi. Suite à une convention avec la FAIAR, une école itinérante de formation en arts de la rue basée à Marseille, des enseignants français viendront donc donner des cours à une centaine de jeunes marocains, tout au long de l’année 2010. Il est même prévu d’ouvrir une école de formation dans les métiers des arts de la rue, en 2011. Un partenariat a également été établi avec l’école de cirque Shemsy de Salé, dont la première promotion d’artistes sortira dans trois ans. «Pour l’instant, il n’existe aucun cirque marocain. Mais j’espère que les lauréats de cette école pourront monter leur propre compagnie», souligne Mohamed El Hassouni. Côté financement, Théâtre Nomade bénéficie du soutien du Goethe Institut de Rabat et de l’Institut français de Rabat. La compagnie Théâtre Nomade a été créée en 2006 par Mohamed El Hassouni et son épouse, tous les deux acteurs et comédiens, passionnés de théâtre et de cirque. Après une formation dans une école de théâtre en France, El Hassouni a travaillé dans ce domaine dans plusieurs pays pendant dix ans (Amérique du Sud, Inde, Corée, Russie...) avant d’intégrer la compagnie allemande Ton Und Kirshen, à laquelle il est resté fidèle pendant une dizaine d’années. Maintenant, l’artiste souhaite faire bénéficier son pays de son expérience. Sa motivation, c’est de «faire reconnaître le théâtre de rue au niveau national et le valoriser aux yeux de la population». Nadia BELKHAYAT

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite

Retrouvez dans la même rubrique