×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le cuir repense son système de formation

Par L'Economiste | Edition N°:3246 Le 02/04/2010 | Partager

. Restructuration totale du dispositif en 2011. Formation initiale, qualifiante, continue, de reconversion…, les axes. A terme, une licence professionnelle spécialiséeLa filière cuir veut rehausser son taux d’encadrement. Ainsi, 24 licenciés scientifiques et techniques ont été recrutés pour suivre une formation au sein de l’Institut spécialisé dans les métiers du cuir. Ce cycle de formation, enclenché en novembre 2009 et qui prendra fin en mai prochain, est le fruit d’un partenariat entre l’Ofppt et l’Anapec. Il comprend des modules de formation et un stage de 45 jours dans une entreprise de cuir. Les lauréats seront ensuite affectés à des unités de fabrication de chaussures en tant que responsables de production. A noter que le secteur de la chaussure compte environ 244 unités et emploie un peu moins de 14.000 salariés. Il représente 76% de la production du secteur du cuir et 85% des investissements. Le Maroc produit annuellement environ 40 millions de paires de chaussures dont 15 à 20 millions de paires exportées, soit 80% des exportations de la filière. Ce qui a représenté 2,3 milliards de DH en 2009, selon l’Office des changes.«A travers cette action de formation, notre stratégie a pour objectif de faire passer les entreprises du secteur d’une logique de sous-traitance à celle de la cogérance», explique Jamal Bahhar, DG de la Fédération marocaine des industries du cuir (Fédic). A l’issue de la formation des futurs responsables de la production, la fédération relancera de nouveau cette opération. Mais cette fois-ci, il s’agira de former des responsables de fabrication. Pour ce faire, les 24 candidats destinés aux tanneries seront sélectionnés parmi les titulaires d’une licence en chimie. La formation débutera en mai et prendra fin en novembre prochain. Les lauréats seront affectés aux tanneries dans les mêmes conditions que leurs collègues responsables de production. Pour rappel, il existe environ 58 tanneries, employant un peu plus de 1.400 personnes. Un secteur dont le volume des exportations a atteint 204 millions de DH en 2008.Ces programmes de formation, qui visent à améliorer les compétences et augmenter la réactivité des entreprises de cuir, s’inscrivent dans le cadre du plan Emergence. La convention signée à ce titre entre les professionnels du cuir et le gouvernement prévoit un plan de formation destiné à répondre aux besoins des entreprises en main-d’œuvre qualifiée. Il s’agit pour la Fédic d’améliorer les compétences des entreprises en matière de logistique interne, de gestion du sourcing, de gestion de mode… Ce dispositif a d’ailleurs bénéficie d’une mesure anticrise dans le cadre du plan de soutien anticrise mis en place par le comité de veille stratégique pour le maintien des emplois. «Grâce à ce dispositif de formation, la Fédic peut répondre avec rapidité aux besoins des entreprises en cadres supérieurs», précise Bahhar.Ces actions de formation auront pour avantage d’injecter un sang neuf dans les unités industrielles de cuir, mais, à terme, l’objectif de la Fédic est de créer une licence professionnelle, spécialisée dans les métiers du cuir. Le principe et le contenu en sera discuté avec le ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle. Mais quid de la formation continue ? Un plan sectoriel est en préparation et touchera bientôt les salariés du secteur.Par ailleurs, la formation aux métiers du cuir de manière générale sera restructurée au niveau de l’Ofppt. Il était temps. En effet, le dispositif de formation aux métiers du cuir a été mis en place en 1991. Depuis, il n’a subi aucune mesure d’actualisation. Ainsi, pour le mettre à niveau, un appel d’offres vient d’être lancé. Il porte sur l’assistance technique et s’articule autour de trois axes : la réingénierie de la formation en fonction des besoins, la formation des formateurs et l’actualisation des équipements. Le projet de restructuration, qui sera achevé fin 2011, touchera toutes les formations et tous les niveaux : spécialisation, qualification, technicien et technicien spécialisé. «Cette démarche intervient après une étude d’opportunité menée par le Centre technique du cuir en France et financée par l’Agence française de développement», précise Bahhar. Dans une première phase, trois sites sont concernés : Casablanca, Tanger et Fès. Trois régions qui concentrent 90% des unités de production, participant à hauteur de 94% aux exportations.


Ecole de mode

Le stylisme et la mode dans le cuir ne sont pas en reste. Leur enseignement sera confié à la toute nouvelle école spécialisée, qui ouvrira ses portes en septembre prochain au sein de l’Esith. Un établissement de formation supérieure, cofinancé par l’AFD, sera de niveau licence et aura pour objectif de développer la créativité et le design dans le secteur du cuir à travers toutes ses composantes.Hassan EL ARIF

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc