×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Courrier des Lecteurs

La bourse sur une pente glissante

Par L'Economiste | Edition N°:303 Le 06/11/1997 | Partager

L'onde de choc de la tempête asiatique ne s'est visiblement pas déferlée sur la Bourse de Casablanca. Cependant le marché continue de subir une discrète correction. Pour la semaine du 29 octobre au 4 novembre, les indices CFG 25 et USI ont à nouveau reculé de 0,36 et 0,29% dans un marché relativement animé. Selon un analyste, ce mouvement visible depuis quelques jours est surtout le fait des petits porteurs, un peu dubitatif dans un contexte international un peu incertain.
Les gros paquets enregistrés pendant la semaine précédente seraient «le résultat de la prise de bénéfices sur certaines valeurs réalisée par les institutionnels», explique un analyste. Selon la même source, il existe également des rachats effectués par des sociétés de manière à maintenir à un bon niveau le cours de leurs actions. Le peu d'investisseurs étrangers présents sur la Bourse de Casablanca sont donc restés sur leurs positions. Il est expliqué que les fonds en place ont une vision stratégique claire. D'autant qu'ils sont pour la plupart en partenariat avec de grands groupes marocains. En principe, ceux qui ont pris des positions sur des valeurs ayant réalisé de fortes plus-values peuvent alléger leur portefeuille. Cependant, vu la faible part des valeurs marocaines dans leurs actifs, il serait peu probable qu'ils essaient de se retirer pour couvrir les éventuelles pertes sur les autres marchés.

En somme, l'implication limitée des étrangers sur la place a été avantageuse lors de la tempête asiatique. Ceci ne veut pas dire que pouvoirs publics et responsables de la Bourse méprisent leur apport. Bien au contraire. Le road-show international qu'on ne voit pas encore venir (autant que le volet interne) vise entre autres à attirer plus d'investisseurs étrangers. Mais, vu «la timidité manifestée par les décideurs lors de la semaine de folie, il est peu probable que Casablanca profite du reflux des fonds d'investissements qui fuient les placements casse-cou vers des cieux plus tranquilles», regrette un banquier. A son avis, un haut responsable devrait au moins faire une simple «sortie» pour présenter les «performances de l'économie qui n'égalent certes pas celles d'Asie du Sud-Est, mais reposent sur des fondamentaux assez sains». Pour la même personne, qui navigue à contre-courant de l'idée selon laquelle les marchés émergents ou préémergents risquent d'être désaffectés pendant un moment, «la période actuelle est favorable à un emprunt international». Explication: «Quelques points de base supplémentaires devraient permettre d'attirer une portion des capitaux qui se réfugient dans les obligations américaines» .


Taux de référence
(Recommandés par le GPBM)
Court terme: 9,25%; moyen terme: 9,50%; long terme: 10,25%; crédit export: 8%
Taux créditeurs observés
3 mois: 6,75%; 6 mois: 7,25%; 12 mois: 8,25%
Taux moyen pondéré calculé par Bank A-Maghrib/marché monétaire interbancaire
29/10: 6,147%; 30/10: 6,126%; 31/10: 6,035%; 03/11: 6%; 04/11: 6%
Taux moyen pondéré mensuel interbancaire
Octobre: 7,179%
Taux interbancaire à terme enregistré par Bank Al-Maghrib
1 semaine: 6,5% (contracté au 29/10/97); 1 mois: 8,50% (contracté au 06/10/97)
6 mois: 8,50% (contracté au 27/08/97); 9 mois: 8% (contracté au 03/11/97)
Intervention de BAM/marché monétaire: Appel d'offres du 05/11/97
Tombé: 1,460 milliards de DH; Demandé: 2,486 milliards de DH
Servi: 1,2 milliard de DH; Taux: 6,50%
Echéance: 12/11/97.
Taux de refinancement moyen pondéré mensuel Bank Al-Maghrib
Octobre: 6,677%
Bons du Trésor: Adjudications du 04/11/97
52 semaines: offert, 260,5 MDH entre 7 et 8%;
retenu 60,5 MDH à 7,5%.
2 ans: offert et retenu 8 MDh à 7,85%.
5 ans: offert, 720 MDH entre 8,5 et 8,75%;
retenu 520 MDH à 8,5%.
10 ans: offert, 825 MDH entre 9 et 9,5%;
retenu 180 MDH à 9%.
15 ans: offert, 15 MDH à 9,75%; non retenu.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc