×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Iran/Nucléaire: Volte-face de la Chine?

Par L'Economiste | Edition N°:3247 Le 05/04/2010 | Partager

. Des tentatives pour rallier la Chine et la Russie au camp des Américains. Des sanctions plus dures sont envisagées. Objectif: dissuader l’Iran de poursuivre son programme nucléaire«Les pressions internationales renforcent la détermination de l’Iran à poursuivre son programme nucléaire». Les déclarations du président iranien Mahmoud Ahmadinejad répondent à celles de Barack Obama qui estime pouvoir convaincre les Nations unies d’agir avec force contre l’Iran dans les prochains mois. «Nous allons augmenter la pression», a indiqué le président américain sur une chaîne américaine. La pression reviendrait à mettre au point des sanctions plus dures afin d’isoler l’Iran et de convaincre ses dirigeants de renoncer au programme nucléaire. Il reste tout de même à convaincre la Chine et la Russie de rallier le camp des Américains et des Européens. D’après les autorités américaines, la Chine serait en train de faire volte-face afin de rejoindre le camp des sanctions. L’empire du Milieu qui dispose d’un droit de veto au Conseil de sécurité de l’ONU s’opposait jusque-là à un nouveau durcissement du régime de sanctions contre l’Iran.Il n’empêche que Américains et Européens seraient prêts à se lancer dans la voie de sanctions unilatérales. L’option d’un règlement du conflit iranien par voie diplomatique semble s’éloigner. Par ailleurs, Mahmoud Ahmadinejad vient de rejeter un appel des Etats-Unis sur un règlement du conflit par cette voie. Le président iranien estime ne voir aucun changement dans la politique «hostile» de Washington. «Barack Obama avait exprimé le souhait de nouer un dialogue avec l’Iran. Mais celui-ci incite à présent les grandes puissances à imposer de nouvelles sanctions internationales à l’égard de Téhéran», a déclaré Ahmadinejad. Selon ce dernier, «l’Iran s’accommoderait sans peine de nouvelles sanctions dans le secteur pétrolier. Celles-ci ne feraient que renforcer la détermination des Iraniens».Par ailleurs, le président iranien a lancé une mise en garde contre Israël qui milite pour un durcissement marqué des sanctions contre l’Iran. F. Fa

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc