×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Irak: Les Kurdes réclament des garanties territoriales

Par L'Economiste | Edition N°:1670 Le 25/12/2003 | Partager

. Ces demandes ont réveillé les craintes de la TurquieLES Kurdes d'Irak, en position de force depuis la chute du régime de Saddam Hussein, réclament dès à présent des garanties territoriales sur les limites des zones kurdes, dans le cadre d'un Etat fédéral irakien. Des milliers de Kurdes ont manifesté lundi dernier à Kirkouk pour revendiquer l'importante ville pétrolière où l'ancien régime avait mené depuis les années 70 une politique d'arabisation à outrance. “Les prochains mois seront cruciaux pour déterminer l'avenir des Kurdes en Irak”, affirme Mahmoud Othman, membre kurde du Conseil de Gouvernement transitoire. Il indique que l'exécutif irakien va examiner prochainement un projet de loi soumis par le groupe kurde dans le cadre de cette instance, présentant “sa vision du fédéralisme au sein d'un Irak unifié”. Les Kurdes tentent d'obtenir gain de cause avant l'adoption le 1er mars 2004 par le Conseil de Gouvernement d'une loi fondamentale sur l'administration de l'Etat pendant la période transitoire, jusqu'à fin 2005. “Les Kurdes ont des droits dont ils ont été privés depuis 80 ans, c'est pourquoi ils tentent aujourd'hui d'obtenir des garanties administratives pour préserver l'identité kurde”, explique Adel Mourak, membre du bureau politique de l'Union Patriotique du Kurdistan (UPK de Jalal Talabani). Mais les demandes kurdes ont réveillé les craintes de la Turquie voisine. Le ministre turc des Affaires étrangères Abdullah Gul a mis en garde mercredi les Kurdes d'Irak contre toute tentative pour élargir leur autonomie dans le nord du pays, estimant que ceci risquait de précipiter des incidents. Ankara craint qu'une plus grande autonomie des Kurdes d'Irak n'encourage leurs cousins de Turquie, de l'autre côté de la frontière, à renouer avec la rébellion sécessionniste qui a fait des milliers de morts dans les années 80 et 90.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc