×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Irak: La formation du gouvernement se complique

Par L'Economiste | Edition N°:3245 Le 01/04/2010 | Partager

. Conflit constitutionnel, manque de confiance entre rivaux. Les candidats des listes se sont lancés dans des négociations marathonAccusations d’ingérence iranienne, conflit constitutionnel, manque de «confiance» entre rivaux: les obstacles s’accumulent en Irak pour la formation du gouvernement qui s’annonce plus ardue que prévue. Après l’annonce des résultats, les candidats des listes arrivées en tête se sont lancés dans des négociations marathon, qui pour l’heure n’ont rien produit de concret mais ont surtout révélé l’ampleur des différends qui les opposent. Les souvenirs des batailles politiques et armées, des trahisons entre ex-alliés et des rancunes, qui ont rythmé la vie de l’Irak au cours des cinq dernières années, pèsent lourd dans les négociations. La preuve en est le front du refus qui s’est formé contre le Premier ministre sortant, le chiite Nouri al-Maliki, arrivé en deuxième position avec 89 sièges, derrière son opposant laïc Iyad Allawi qui a remporté 91 sièges. L’opposition à sa candidature provient de la communauté chiite même, et en particulier du mouvement de Moqtada Sadr, le chef radical actuellement en Iran, qui a réussi à emporter une quarantaine de sièges. Il représente désormais le parti religieux chiite le plus fort du pays. Une entrevue s’est tenue mardi dernier entre Maliki et Rifaa al-Issawi, le chef de l’équipe de négociateurs de la liste de Allawi, mais n’a produit que des déclarations de circonstances. Dans le camp de Allawi, une campagne contre le parti Baas de Saddam Hussein qui a particulièrement visé Iraqiya a laissé des traces. La commission responsabilité et justice (une instance soupçonnée d’être influencée par l’Iran et qui a pour objectif de purger l’Irak des éléments baassistes) a établi une liste de 52 noms à bannir de la vie politique, dont six sont des candidats élus. Leurs noms n’ont pas été dévoilés. Cette campagne a provoqué un «refroidissement des relations» avec Maliki, a récemment indiqué Iyad Allawi soulignant qu’il n’y avait «en vérité pas de rapprochement» jusqu’à présent. Il a également accusé l’Iran d’être un obstacle à sa candidature et exprimé son inquiétude sur les «ingérences» du puissant voisin après des entretiens tenus à Téhéran avec des candidats chiites et kurdes irakiens. La Cour suprême est venue compliquer les choses en rendant un avis à la demande de Nouri al-Maliki, sur un article de la Constitution. Selon cet avis, la tâche de former un gouvernement peut incomber au chef de la coalition qui dispose du plus grand nombre de sièges lors de la séance inaugurale du Parlement. F. Z. T.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc