×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Inondations
La circulation reprend lentement

Par L'Economiste | Edition N°:3416 Le 02/12/2010 | Partager

. Toutefois, une vigilance s’impose sur les autoroutes . L’accès à l’aéroport Mohammed V dégagé Les infrastructures routières et ferroviaires reprennent vie. Du moins la plupart d’entre elles. L’accès aux grands axes routiers et autoroutiers s’est fluidifié. Néanmoins, le poste de commandement de la direction des routes reste vigilant et recommande aux voyageurs de ne prendre la route qu’en cas de nécessité. Concrètement, les différents offices et compagnies de transport de passagers enregistrent un retour progressif à la normale. Le trafic ferroviaire, fortement perturbé mardi dernier, a repris sur tout le réseau, y compris l’axe Casablanca-Rabat. Pour ce dernier axe, différents témoignages ont certifié que la traversée du pont de Bouznika restait délicate la journée d’hier. «Nous avons passé plus d’une heure à Bouznika et près de 3 heures pour arriver à Casablanca», témoigne une navettiste. D’ailleurs, l’Office national des chemins de fer a mis en place tout un dispositif d’alerte pour faire face aux conséquences des intempéries. En termes de sécurité, la vitesse des trains est systématiquement contrôlée. En outre, des équipes de techniciens qualifiés ont été mobilisées pour assurer la permanence 24h/24 des zones névralgiques et en cas de dégradation des conditions climatiques.

Les compagnies de transport de voyageurs renforcent leur flotte
Sur le plan commercial, l’ONCF a mis à la disposition des voyageurs un parc d’autocars qui a assuré le trafic dans différentes destinations (Rabat, Casablanca, Kénitra, Marrakech…). En revanche, l’Office a recouru aussi dans certaines situations, où le trafic était carrément arrêté, au remboursement des billets aux clients désirant interrompre leurs voyages. Cette initiative n’a toutefois pas satisfait certains voyageurs déboussolés.L’accès à l’aéroport Mohammed V a été fluidifié après avoir connu de fortes perturbations engendrant retard d’équipage et de passagers. Du côté de l’Office national des aéroports, l’infrastructure de l’aéroport se trouve «en bon état» et permet d’assurer dans de bonnes conditions le décollage et l’atterrissage des appareils. «Les compagnies aériennes se sont toutes montrées compréhensives envers les passagers», note-t-on auprès de l’Office. D’ailleurs, des compagnies dont des low cost ont réaménagé certains horaires et même remboursé des billets pour des cas de force majeure. Les compagnies de transport de voyageurs ont elles aussi pris leurs dispositions. Suite à la perturbation des lignes de l’ONCF, celles-ci ont saisi l’occasion pour renforcer leurs équipes et leur flotte en autocars. Et donc afin de contourner les différents points noirs dans les sorties de Casablanca, elles ont empreinté les rocades. Pour El Ghazouani Jnini, directeur des opérations à la CTM, «nous avons tout simplement essayé de trouver des solutions pour une satisfaction des clients. A l’exception de mardi matin, les départs et arrivées de nos autocars n’ont pas enregistré d’importants retards». En tout cas, la Météorologie nationale prévoie le retour des pluies dès dimanche prochain. M. Az

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc