×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

GB & Suède: Seules en course pour respecter Kyoto

Par L'Economiste | Edition N°:2181 Le 28/12/2005 | Partager

. Les Européens doivent remplir leurs engagements avant 2012 Le Royaume-Uni et la Suède sont les seuls pays européens signataires de l’accord de Kyoto susceptibles, au rythme actuel de leurs progrès, d’atteindre leurs objectifs de réduction d’émission de gaz à effet de serre, selon une étude britannique présentée mardi 27 décembre. Dix pays, parmi les 15 membres de l’UE signataires à l’époque du protocole, vont manquer leurs objectifs à moins d’agir de toute urgence, avertit dans son rapport l’IPPR (institut de recherche en politiques publiques). L’accord signé à Kyoto en 1997 est entré en vigueur en février dernier. Il a été ratifié par 155 pays. Les pays européens qui l’ont ratifié se sont engagés à atteindre d’ici à 2012 un niveau d’émissions inférieur de 8% au niveau de 1990. Chaque Etat s’est vu assigner un objectif chiffré qui lui est propre. Suivant le principe de feux tricolores, l’IPPR attribue un feu vert au Royaume-Uni et à la Suède, un feu orange à la France, la Grèce et l’Allemagne et un feu rouge à dix autres pays, dont l’Italie et l’Espagne. «Nous approchons du point de non-retour pour le changement climatique», a affirmé Tony Grayling, directeur associé de l’IPPR: «Il reste fort peu de temps pour commencer à réduire mondialement les émissions de gaz à effet de serre, avant que des dégâts irréparables ne soient faits».Selon Grayling, il est vital que les pays de l’UE tiennent leurs promesses de réduire la pollution. Ils doivent agir maintenant pour revenir dans les objectifs de Kyoto, par exemple en économisant l’énergie et en investissant dans les énergies renouvelables». Le Premier ministre britannique Tony Blair, dont le pays présidait en 2005 le G8, s’était engagé à faire du changement climatique l’une des deux priorités de sa présidence.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc