×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

France: Un immigré sur cinq au chômage

Par L'Economiste | Edition N°:1652 Le 01/12/2003 | Partager

. Les Marocains et les Algériens, les plus touchés La situation des immigrés en France reste encore précaire. C'est ce qui ressort de la septième édition de «France, portrait social 2003-2004», publiée récemment par l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). Selon le dernier recensement de 1999, la France compte près de 4,3 millions d'immigrés, soit 7,4% de l'ensemble de la population. Ces derniers connaissent des conditions de vie plus précaires que la moyenne, estime l'Insee dans cet ouvrage. En effet, la plupart des immigrés vivent dans des HLM et travaillent en tant qu'ouvriers. Le taux de chômage au sein de cette communauté avoisine les 20%. Au premier trimestre 2003, près d'une personne immigrée sur cinq est sans emploi (18,2% des hommes immigrés et 20,5% des femmes). Sur la même période, la moyenne nationale atteignait 8,8% chez les hommes et 11,2% chez les femmes.Les ressortissants du Maghreb sont particulièrement touchés puisque le taux de chômage atteint 30,9% chez les hommes d'origine algérienne (29% chez les femmes) et 25,7% chez des hommes d'origine marocaine (35,6% chez les femmes).Lorsqu'ils occupent un emploi, les immigrés sont le plus souvent cantonnés aux postes d'ouvriers: 10,4% des hommes et 12,1% des femmes occupant ce type d'emploi sont d'origine étrangère. Ces proportions atteignent même 12,5 et 14,3% chez les ouvriers non qualifiés. Les travailleurs immigrés sont particulièrement nombreux dans la construction, l'industrie automobile ou les services aux particuliers. Parallèlement, seuls 5,4% des hommes occupant des fonctions de cadres et des professions intellectuelles et 7,5% des employés sont d'origine étrangère.Enfin, 29% des immigrés vivaient dans des HLM au premier trimestre 2003, soit deux fois plus que la moyenne nationale (15%). A l'inverse, seuls 38% des ménages immigrés étaient propriétaires de leur logement, contre 57% en moyenne nationale. Ce chiffre est en hausse notable de sept points par rapport à 1992, estiment les analystes.D'un autre côté, près de 3,38 millions d'immigrés de tout âge vivent en famille. 2,68 millions d'entre eux vivent en couple, 490.000 sont des enfants et 210.000 des chefs de famille monoparentale. Plus de six immigrés sur dix sont mariés ou remariés, contre seulement quatre sur dix pour l'ensemble des personnes résidant en France. En outre, les immigrés enfantent beaucoup comparés au reste de la population. Ils ont eu, à la fin de leur vie féconde, 3,2 enfants en moyenne, soit 0,8 enfant de plus que l'ensemble de la population. Pour les immigrés originaires d'Algérie ou du Maroc, ce chiffre dépasse 4,5 enfants, précise l'Insee.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc