×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Fêtes de fin d’année
Une offre très diversifiée à Marrakech

Par L'Economiste | Edition N°:2181 Le 28/12/2005 | Partager

. Elle est proposée par les 80 hôtels, une centaine de restaurants et lounges de la ville. Des prix abordables pour la soirée de la St-Sylvestre, mais pas au niveau de l’hébergementSoyons chauvins! Aucune autre cité ne détrône Marrakech, notamment pour les fêtes de fin d’année. Mais pour une fois (n’est pas coutume), la ville n’affiche pas totalement complet. Certains expliquent le phénomène par la conjoncture et la hausse du prix du pétrole, qui influent sur les prix du forfait touristique. D’autres lient cette légère baisse des réservations à l’offre grandissante et surtout fort coûteuse. Et du reste, certaines manquent vraiment d’originalité.Dans les programmes du 31 décembre, on ne sort pas des sentiers battus. Pas de grands changements. En cette période des fêtes, les hôtels et restaurants affûtent leurs armes et ont aménagé, pour le 31 décembre, soit de grands espaces ou encore des soirées animées par «des chanteurs venus spécialement des pays du Golfe ou d’Egypte et orchestres inédits». C’est dans tous les cas ce qui est des DJ qui animent «ces top soirées» de fin d’année. Les bouchées doubles sont mises en revanche du côté cuisine pour attirer une clientèle que les hôteliers espèrent très nombreuse. Et c’est selon les goûts.Signe des temps, et parce que la concurrence est rude du côté des restaurateurs, les hôteliers baissent les prix à l’occasion de la fin d’année. Selon les catégories, il y en a à 1.000 DH dans certains hôtels et pour de grands établissements, les prix ne dépassent pas les 1.500 DH. Il faut dire qu’à chaque fin d’année, de nouveaux restaurants, lounges s’ajoutent à l’existant. L’industrie du loisir est au meilleur de sa forme. Et chaque fin d’année, c’est par vingtaine que les ouvertures de restaurants se font. Récemment, une dizaine d’établissements a renforcé l’offre alors que durant la même période en 2004, une cinquantaine de restaurants et lounges avaient vu le jour. Tant mieux pour le tourisme à Marrakech à qui manque justement ce volet animation.Si les hôtels s’alignent sur les prix des restaurateurs durant les fêtes de fin d’année, ils se rattrapent côté hébergement. En attendant une brochure avec les tarifs d’hébergement standard, que ce soit pour la haute ou la basse saison, les unités de Marrakech présentent de nouveau une mosaïque de prix. Pour certains établissements, cette fin d’année est synonyme de promotion et de tarifs largement bas, selon la situation. D’autres en profitent pour vendre les chambres à leur plus haut tarif et notamment aux Marocains. Au Palmeraie Golf Palace, par exemple, un mini-séjour de 5 jours, la soirée du 31 décembre compris, reviendrait à 12.500 DH par personne. Ce qui est sûr, c’est que les recettes seront bien sonnantes et trébuchantes. Dans la catégorie 4 étoiles, sont attendus plus de 2 millions de DH du 28 décembre au 1er janvier et 3 à 4 millions pour les 5 étoiles. Les grands palaces s’attendent à des chiffres d’affaires de 10 millions de DH pour ces quelques jours.


Où passe-t-on le réveillon?

Au Pacha par exemple, la soirée du 31 décembre sera animée par le DJ Hector Romero, au prix de 1.000 DH (uniquement pour la boîte de nuit). Où aller et quel est l’endroit le plus branché? Ce sont les questions qui taraudent l’esprit des vacanciers de Marrakech. Dans le même style, d’autres pianos-bars ont vu le jour, à trois kilomètres de la ville. Mais que ne ferait-on pas pour s’offrir une belle soirée «top et in». Bô Zin par exemple est un lounge bar et restaurant. Il organise une soirée pour la fin d’année à 1.300 DH, dîner compris et animée par le DJ Mouss. Chez Moha, Dar Moha, c’est comme d’habitude une soirée aux chandelles animée par de très talentueux gnaoua et DJ et un menu fantaisie composé par le chef Moha avec un open bar de minuit jusqu’à l’aube. Le tout à 2.000 DH. Encore faut-il trouver sa place!De notre correspondante, Badra Berrissoule

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc