×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Fès: Bagdad en vedette au Festival des musiques sacrées

Par L'Economiste | Edition N°:1499 Le 16/04/2003 | Partager

. Gilberto Gil, musicien et ministre brésilien de la culture, se produira à Bab Al Makina«Ce sont plus de 8 millions de DH qui seront consacrés au Festival des musiques sacrées à Fès cette année. Un montant qui englobe aussi bien le coût des rencontres de Fès que celui du festival de la ville», indique Mohamed Kabbaj, président du festival. Du 6 au 14 juin prochain, la ville de Fès vivra au rythme d'une riche floraison de concerts. Depuis neuf éditions déjà, le Festival des musiques sacrées se tiendra comme à l'accoutumée entre le musée Batha (l'après-midi) et Bab Al Makina (le soir). La manifestation se tiendra cette année sous le thème «De mon âme à ton âme, l'art de la transmission«. C'est lors d'un point de presse que le programme définitif a été décliné. Selon Kabbaj, ce sont plus de 250 artistes qui animeront les concerts. La soirée d'ouverture sera inaugurée par un oratorio de Goran Bregovic, où se rencontrent les trois religions monothéistes: juive, chrétienne et musulmane. Première apparition du Brésil avec le plus célèbre chanteur-compositeur de la musique populaire brésilienne, Gilberto Gil, qui chantera la musique du ciel et de la terre. Notons que ce dernier est actuellement ministre de la Culture. Se produiront également lors du festival, le groupe Ulali (traditions des Indiens d'Amérique), l'Iranien Mohamed Reza Shadjarian (chants soufis), Illyas Mallev (traditions juives d'Asie centrale- Ouzbékistan)... Le jour de la clôture sera dédié l'après-midi aux chants spirituels de Bagdad avec Farida et l'ensemble Maquam. La soirée sera consacrée au gospel, représenté, cette année, par The Antoined Jackson Sisters.En marge de cet événement, les rencontres de Fès, qui en sont à leur 3e édition, se dérouleront en colloque international qui aura lieu les matinées du 7 au 11 juin. Inspiré de l'esprit du festival, ce colloque initie une réflexion sur une mondialisation plurielle, liée à un sens et des valeurs à même de lui conférer une âme. Lors de ces rencontres, 5 thèmes seront au programme: «Nos responsabilités vis-à-vis des générations futures«, «Les identités meurtrières, identités de paix: Vers une citoyenneté spirituelle«, «Les finalités de l'entreprise«, «Médias et éthique: Du réel au virtuel« et «Le rôle de l'éducation dans la construction d'un monde solidaire«. «C'est une rencontre entre des personnes venant de différentes cultures, disciplines et approches qui s'engagent dans un débat et un dialogue entier, ouverts et décloisonnés«, souligne Faouzi Skalli, le directeur du festival.La population de la capitale ne sera pas en reste. Elle aussi aura son festival à Bab Boujloud. C'est sur une esplanade récemment réaménagée que se tiendront les concerts gratuits de musique du «festival de la ville«. Parallèlement, des soirées confrériques soufies sont également prévues sur les Tarika gnaouia, aïssaouia, bouchichia, le Madih, le Samae... C'est au sein de Dar Tazi, le siège de l'association Fès-Saïss (organisatrice du festival) que se dérouleront les veillées.De notre correspondante, Mouna KHAMLICHI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc