×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Essaouira aura sa ceinture verte

Par L'Economiste | Edition N°:3294 Le 09/06/2010 | Partager

. Objectif: stopper l’extension de la ville à l’Est. Coût du projet: 14,15 millions de DHUne ceinture verte pour préserver l’écosystème et prévenir la désertification. La province d’Essaouira veut ancrer son développement dans une perspective durable. Une convention a été signée début mai entre plusieurs partenaires: la province, le Haut commissariat aux eaux et forêts et à la Lutte contre la diversification, le secrétariat d’Etat à l’eau et à l’environnement, la fondation Total, le groupe Total Maroc et la société Al Omrane Marrakech. Actuellement, les premiers travaux d’aménagement sont lancés. L’objectif de la ceinture verte est de marquer une limite à l’expansion urbaine de la ville du côté Est: «au fur et à mesure que la ville s’est construite, il y a eu un empiètement continu sur les dunes et les lagunes. Ce projet va permettre de protéger l’écosystème et de prévenir la désertification de la forêt», indique Brahim El Ouafa, responsable de l’Urbanisme à la province d’Essaouira. Mais ce n’est pas tout, car la ceinture verte se veut un trait d’union entre la ville et la lagune. «Il s’agit de répondre aux besoins des habitants en espaces verts», poursuit El Ouafa.Concrètement, deux axes vont être développés. Le premier concerne la forêt en elle-même et est pris en charge par les Eaux et forêts. Des sentiers vont être aménagés le long des dunes, ainsi que des belvédères. Des passerelles seront également construites et un observatoire est prévu. «Grâce à ces aménagements, les habitants pourront bénéficier de vues panoramiques exceptionnelles», assure El Ouafa. Actuellement, une clôture a déjà été érigée, pour protéger la forêt des ordures qui s’entassent déjà en périphérie. Quant au deuxième axe, il concerne le boulevard périphérique. Début juin, un appel d’offres a été lancé par Al Omrane. Une zone de détente va être créée pour les habitants, comprenant des équipements ouverts: abris, espaces de jeux pour les enfants, terrains de sport… «On va essayer d’aménager de petites jardinières, des placettes, des petits terrains de quartier, sans oublier l’éclairage», poursuit le responsable de l’Urbanisme. Un renforcement parking est également prévu à l’attention des visiteurs. Le montant de l’investissement du projet est de 14,15 millions de DH. Son impact se veut triple. Un impact sur la nature, car le projet va mettre en valeur la forêt. Un impact sur la qualité de vie, car la population locale va pouvoir bénéficier d’espaces verts, ce dont elle manque actuellement. Et un impact économique, car les partenaires veulent susciter une activité économique le long du boulevard. De notre correspondante, Marie-Noëlle RASSON

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc