×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Equipement automobile: Encore des difficultés en 2010

Par L'Economiste | Edition N°:3245 Le 01/04/2010 | Partager

. Le secteur a particulièrement souffert du déstockage. Moody’s s’attend à une baisse des ventes de véhicules neufsLes perspectives de crédit des équipementiers automobiles européens restent négatives, a indiqué mardi dernier l’agence de notation Moody’s, qui considère que le secteur «continuera d’être confronté à des difficultés en 2010» après une année 2009 «difficile». «2009 restera probablement dans les annales comme l’année la plus difficile que les équipementiers automobiles européens aient connu depuis la Seconde Guerre mondiale», estime Rainer Neidnig, analyste de Moody’s, auteur d’un rapport sectoriel. L’analyste observe que le secteur «a particulièrement souffert du déstockage» mené par les constructeurs automobiles durant la majeure partie de 2009. Pour 2010, Moody’s s’attend à une baisse des ventes de véhicules neufs de 15% par rapport à l’an dernier, en raison du retrait progressif des mesures d’incitation à l’achat (primes à la casse). Un rééquilibrage devrait cependant intervenir entre les immatriculations et la production liée à la fin du déstockage, et «les volumes de production devraient se raffermir et chuter de seulement 3% en 2010», selon le rapport. Moody’s table sur «une croissance généralisée des volumes de production» avec la poursuite de l’essor des marchés émergents comme la Chine et une production de voitures en hausse aux Etats-Unis. Mais l’agence de notation pointe des «difficultés» justifiant «le maintien de sa perspective négative pour le secteur» équipementier. En particulier, la génération de trésorerie devrait pâtir d’une détérioration du besoin en fonds de roulement et d’une hausse des besoins d’investissements. D’autre part, une part importante des frais de restructuration engagés en 2009 «ne devrait être décaissée qu’en 2010». Enfin, les prix des matières premières se sont fortement redressés et les équipementiers automobiles auront «des difficultés à répercuter cette hausse» sur les constructeurs, estime Moody’s.F. Z. T.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc