×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Economie Internationale

En bref

Par L'Economiste | Edition N°:204 Le 16/11/1995 | Partager

Entreprises publiques françaises: 19 milliards de déficit en 1994
Les entreprises publiques françaises ont réduit leurs pertes en 1994. Celles-ci ont passées de 31 milliards de Francs (1FF=1,72DH) en 1993 à 19 milliards l'année suivante. L'essentiel de ces pertes est imputable aux banques (13,7 milliards), aux transports (10 milliards), à l'armement (5,5 milliards) et, dans une moindre mesure, aux assurances (2,8 milliards).
En revanche, l'énergie (EDF, GDF, Cogema, NCR) et les technologies de l'information et de l'électronique (Bull, France Télécom, Thomson,...) ont dégagé des profits respectifs de 6,7 et 5,8 milliards. Quant aux biens intermédiaires (Renault, Pechiney, Usinor Sacilor...), les profits ont atteint 258 millions de Francs.

Taux: La Banque de France annule sa procédure d'urgence
Alors que le marché s'attendait au mieux à une baisse du taux des pensions à 24 heures, le Conseil de la politique Monétaire a décidé de rétablir le guichet des pensions à 5 et 10 jours et d'en abaisser le taux. Ce dernier est passé de 6,6 à 6,35% mais reste légèrement supérieur à celui qui était en vigueur avant la crise d'octobre, soit 6,15%. Le geste de la Banque de France a été interprété, commente la presse française, comme un signe de confiance et de soutien à la politique de rigueur dans laquelle le gouvernement est engagé.
Suite à l'annonce de cette mesure, la Bourse a reculé de 0,73%.

France: Une seule privatisation avant fin 1995
Le ministre de l'Economie et des Finances, Jean Arthuis, a indiqué qu'il privatisera une seule entreprise d'ici à la fin de l'année: soit Renault soit Pechiney, rapporte Les Echos. "Il y aura probablement une opération de privatisation avant la fin de l'année", a-t-il dit.
Les recettes de cessions d'actifs s'élèvent pour l'heure à 16,8 milliards de Francs (1FF=1,72DH). Le gouvernement prévoyait d'encaisser 40 milliards, objectif qui ne sera donc pas réalisé.

Allemagne: Plan pour l'emploi en 1996
Le ministre allemand de l'Economie a annoncé le lancement d'un plan gouvernemental pour la croissance et l'emploi dans le courant de l'année 1996. "Jamais encore une reprise économique n'a autant laissé de côté des chômeurs", a-t-il déclaré devant la chambre basse du Parlement. Le plan ne sera pas conn avant janvier 1996, est-il précisé.
Le ministre juge nécessaire non seulement de réduire taxes et impôts mais aussi d'accroître la flexibilité du marché du travail tout en diminuant "d'urgence" les charges sociales.

FMI: 800 millions de Dollars à l'Argentine
L'Argentine et le Fonds Monétaire International (FMI) ont conclu à Buenos Aires un accord de principe pour un nouveau crédit stand-by de 800 millions de Dollars (1$US=8,52DH) en 1996.
L'octroi de ce crédit est conditionné par "l'équilibre budgétaire" et " un niveau des dépenses strictement aligné sur les recettes", a indiqué lors d'une conférence de presse M. Juan Llach, responsable gouvernemental.

Etats-Unis: L'Etat fédéral secoué
L'éventualité d'une cessation de paiement du gouvernement américain a inquiété les investisseurs. Cette éventualité est écartée car le Trésor, qui devait payer le 15 novembre 24,8 milliards d'intérêt aux détenteurs de ses obligations, pouvait encore puiser dans divers comptes spéciaux gérés à titre exceptionnnel et temporaire.
Le Congrés devait voter le 9 novembre un projet de loi visant à augmenter de 67 milliards le plafond de la dette fédérale mais la Maison blanche a promis d'y opposer son veto car le texte, qui fixe une augmentation temporaire, est assorti de conditions jugées inacceptables. Celles-ci réduiraient la marge de manoeuvre de l'exécutif dans la gestion des finances publiques.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc