×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Dossier Emploi
Une université privée à Casablanca dans deux ans

Par L'Economiste | Edition N°:1631 Le 27/10/2003 | Partager

. Ingénierie, gestion des entreprises et métiers sociaux: les principales branches. Coût global du projet: 220 millions de DH Casablanca aura aussi son université privée. C'est le groupe Segepec qui est à l'origine de cet ambitieux projet, initié depuis 2001. La Grande Université de Casablanca (GUC), dont le démarrage est prévu en 2005, sera un espace tourné vers l'entreprise, a déclaré Abderrahmane Lahlou, directeur général du groupe, lors d'une conférence de présentation du concept “Université d'entreprise”(1). Basée à Bouskoura (dans la périphérie de Casablanca), la GUC s'étendra sur une superficie de 28.000 mètres carrés à proximité des principales artères et de l'aéroport international Mohammed V. Les travaux de construction se dérouleront sur plus de deux ans. La GUC ambitionne de se positionner en leader régional au Maghreb et en Afrique de l'Ouest. Il s'agit là “d'une stratégie de rupture avec les petites écoles”, selon les termes de Abderrahmane Lahlou. L'université du groupe Segepec compte recevoir un millier d'étudiants dès l'ouverture en 2005 et près de 5.000, cinq ans plus tard. Des études, dont l'une menée par Sofres Europe sur financement de la SFI (Banque Mondiale) et l'autre par PriceWaterhouseCoopers, ont confirmé l'opportunité et la viabilité de ce projet. Coût global: 220 millions de DH. Le tour de table est en phase de constitution, affirment les promoteurs. La population cible pour la formation initiale est constituée d'étudiants marocains traditionnellement orientés vers les universités étrangères, d'étudiants africains, maghrébins et du Moyen-Orient. Et pourquoi pas d'étudiants européens dans le cadre de partenariats avec des universités. Les inscriptions se feront sur sélection ou sur concours selon les filières. Quant au corps enseignant, il sera recruté et formé une année ou deux avant le démarrage de la GUC, assure-t-on auprès du groupe Segepec. Cinq types d'activités y seront exercés: formation initiale, formation continue, service aux entreprises (formation, conseil et assistance technique), e-learning et recherche & développement. Les cursus (DUT, bachelor, licence, master, diplôme d'ingénieur et DESS) comprendront 2, 4 ou 5 années d'études, selon les disciplines. La première année étant consacrée à la mise à niveau linguistique, communicationnelle et méthodologique de l'étudiant. L'ingénierie (génie mécanique, électrique et informatique), la gestion (droit des entreprises, GRH, finance et comptabilité) et les métiers sociaux (éducation et métiers de santé) figureront parmi les principales disciplines enseignées. Les trois langues d'enseignement seront l'anglais, le français et l'arabe.


Carte de visite

Avec un chiffre d'affaires de 34 millions de DH, le groupe Segepec, qui existe depuis une décennie, opère dans la formation de base, l'enseignement supérieur, la formation continue et la recherche. Il a d'ores et déjà dans son giron des instituts supérieurs, dont Polyfinance, Imade, L'Emiae, EMGI et le dernier en date EGRH. Le groupe comprend actuellement 1.530 élèves et étudiants. A. E.(1) C'était le mercredi 22 octobre au centre Anadwa appartenant au groupe Segepec. La conférence a été animée par Annick Renaud Coulon, consultante internationale.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc