×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Courrier des Lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:3250 Le 08/04/2010 | Partager

Cour des comptes: Ils se servent bien!Vos nombreuses réactions
. Enfin, la Cour des comptes...Cela réchauffe le coeur de savoir qu’enfin les organismes publics seront tous audités systématiquement et que le contribuable que je suis (ancien auditeur) puisse voir publier ces rapports en texte intégral avec les réponses des responsables audités. Ce qui serait aussi souhaitable, c’est d’instaurer un système de suivi des recommandations de la Cour des comptes en vue de corriger les erreurs de gestion. Cependant, tous ces rapports seraient inefficaces si des sanctions pénales ne sont pas infligées aux responsables de détournements ou de ceux qui ont abusé des biens sociaux. Il est à rappeler que les membres de la Cour des comptes sont des magistrats, ce qui est en mesure de garantir leur indépendance selon la loi. Bonne continuation messieurs et mesdames les magistrats et, à mon avis, une bonne communication mettrait fin à une campagne de rumeurs ou de soupçons mal placés envers des personnes présumées innocentes jusqu’à preuve du contraire. A commencer par la presse qui parle “d’épingler” des gestionnaires. Les journalistes ont aussi à apprendre dans ce domaine car là où l’objectivité, la neutralité et l’indépendance sont les plus nécessaires c’est justement en matière d’audit.B. N.. Génial! Je n’y crois pasLe Maroc serait-il entré dans l’ère de la vraie démocratie? Je n’en crois pas mes yeux et mes oreilles. C’est extraordinaire d’avoir une Cour des comptes qui contrôle ce que font les gens du pouvoir. Mais il faudrait que ce soit tous les gens du pouvoir. Pas seulement les derniers arrivés qu’on soupçonne de vouloir partager le gâteau alors qu’ils ne font pas partie de la famille. Même si leur nom peut le laisser croire. On n’a pas besoin d’une Cour des comptes pour constater tout cela. F. O.. Ce n’est qu’un rapport!Il ne faut pas se leurrer, ce n’est qu’un rapport parmi tant de rapports produits par un conseil parmi tant de conseils au Maroc. Nous sommes Marocains et nous savons comment tourne ce merveilleux pays. La justice ne fait pas partie de notre culture, ni de nos soucis. Tout le monde se bat pour être parmi l’élite et bien se servir. Ceux qui n’y arrivent pas cherchent un beau parapluie qui les protégera...M. U.. ImprécisionVous n’avez qu’à comparer les rapports de la Cour des comptes de la Tunisie et du Maroc pour constater que chez nous rien ne se fait correctement. Les rapports de la Cour des comptes du Maroc sont imprécis. D’abord parce que bon nombre de juges ne sont pas bien formés. Un encadrement à la va-vite assuré en plus par des personnes dont la formation reste à prouver est à déplorer. En tant qu’expert-comptable et économiste, j’ai du mal à m’y retrouver en lisant des rapports mal présentés et mal rédigés. H. G.. SanctionsLa Cour des comptes a fait son travail et les journaux aussi. Les défaillances ont été constatées et les auteurs ont été connus. Maintenant, les détournements doivent être sévèrement sanctionnés. E. A.. Pourquoi l’ONDA et pas d’autres?On trouve à redire concernant des entités publiques ou semi-publiques en se basant souvent sur des données non actualisées. L’ONDA et la RAM forment un couple, un seul et même attelage; alors pourquoi l’ONDA et pas la RAM? Pourquoi pas aussi le Fonds Hassan II qui profite de la moitié des recettes de privatisation, soit des dizaines de milliards de dirhams, la Cour des comptes peut-elle se permettre de contrôler ses activités et sa gestion. Bien sûr que non parce que ce fonds a un statut bien particulier. Et ces nombreuses Agences du Sud, du Nord, de l’Oriental, ces fondations qui brassent des milliards et entretiennent des castes, que peut la Cour des comptes contre elles?K. C.

. Obama? On n’a pas confiance!Que les Marocains aient confiance ou non en Obama cela ne change rien à la politique des Américains, étant donné que ce sont eux qui détiennent tous les pouvoirs et dirigent la majorité des gouvernements à travers le monde. M. N. . Ah! ces cliniques privéesIl est inacceptable, voire inadmissible, de constater de telles irrégularités dans des cliniques privées qui exigent le prix fort aux malades avant même d’avoir un diagnostic final. Je me demande quand le ministère de la Santé et ses inspecteurs vont se réveiller. Il s’agit de vies humaines ici.L. A.. Incompréhensibles attaques contre JettouOn le harcèle parce qu’il est riche. On le culpabilise alors que la présomption d’innocence est à respecter. Il faut bien que certains salissent sa réputation, alors que d’autres ont fait pire et s’en sont sortis parfois glorifiés. Je pense peut-être à tort qu’il s’agit soit de jalousie, soit de règlement de comptes. A. B. . La maladie mentale, est-ce être fou!?Fou est un mot très fort. La maladie mentale n’est pas encore reconnue au Maroc. Et faute de soins, la situation psychologique des gens se détériorent. La majorité de ceux qui errent dans les rues, le sont parce qu’ils n’ont pas eu les soins adaptés. Ce n’est pas le fait de les enfermer dans un asile psychiatrique un certain temps puis les lâcher qui va les guérir. Il faut les soigner et faire un suivi par la suite. Mais, Allah Ghaleb, qui est responsable? Toi? moi? la société? l’Etat? Tout le monde a une part de responsabilité. Les maladies mentales, tout comme les maladies physiques, peuvent prendre plusieurs formes. Bon nombre de personnes craignent les maladies mentales et les comprennent mal. Nous pouvons tous contribuer à changer la façon de penser des gens envers la maladie mentale. Commencez par vous-même. Faites attention à ce que vous dites. Utilisez un langage juste et sensible pour parler des personnes atteintes de maladie mentale. Votre attitude positive peut avoir un effet sur toutes les personnes que vous rencontrez. Essayez d’influencer ceux qui vous entourent de façon constructive. Chaque fois que vous entendez des gens dirent des choses qui démontrent qu’ils ne comprennent vraiment pas la maladie mentale, profitez-en pour partager ce que vous savez avec eux. Nous avons déjà réussi à changer la façon dont nous faisons allusion aux femmes, aux gens de couleur et aux personnes handicapées. Pourquoi nous en tenir là? La maladie mentale existe, et les soins aussi. Alors comme on va chez le médecin pour soigner un bobo physique, on doit aussi y aller pour soigner le bobo de l’âme.L. A. . Investment Grade Visa pour le marché financier internationalUne bonne nouvelle, assurément pas. Elle signifie pour ceux qui connaissent bien l’économie politique que le déficit solde courant de la balance des paiements du Maroc inquiète, que le flux de retour des investissements directs étrangers dépassent les entrées de capitaux à ce titre, que le budget de l’Etat dont la structure n’est guère appropriée renoue avec les déficits insoutenables, etc.W. H.

La tomate plus chère que le poulet
. Loi du marchéJe pense que la chose est normale. Il s’agit tout simplement de la loi du marché offre/demande... On doit s’attendre toujours à ce genre d’imprévues.B. U.. Pure arnaque!Le prix de la tomate ne résulte pas de la loi de l’offre et de la demande, comme le prétendent certains. Mais bien d’une spéculation honteuse pratiquée par des professionnels plus soucieux de leur compte en banque que du citoyen qu’ils exploitent sans scrupule. C’est une arnaque bien organisée entre marchands d’intrants agricoles, fournisseurs de serres, etc. En somme des bandes organisées (“agrégées” dit-on au ministère de l’Agriculture) car il faut bien rentrer dans ses frais et continuer à aider à la survie de ces marchands de “poisons” que sont les pesticides et ces semences OGM. Car il ne faut pas oublier que ce qui fait le prix c’est la rareté du produit. Bientôt on va importer de la tomate de marchande en France ou des serres hollandaises alors qu’on leur fournissait dans le temps de la tomate presque toute l’année. Si la tomate revenait à son prix d’antan, soit 3 ou 4 DH/kg au détail, les fournisseurs n’auront plus de clients pour leur vendre du matériel et des pesticides. Comme d’habitude, c’est le consommateur qui paie. Ne me dites pas qu’avec 50 ou 60 tonnes par hectare de rendement en plein champ en plus, il n’y aurait pas possibilité de revenir à des prix abordables. Tuta absoluta et compagnie? Où sont les services phytosanitaires si on laisse rentrer n’importe quel parasite dans le pays! Où est la quarantaine?A. N.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc