×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 26/11/2021
Mobilité

Comment une ville peut devenir un champion de l’export automobile, accueillir le TGV et ne pas...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Consommation d’œufs
Les Marocains n’en mangent pas assez

Par L'Economiste | Edition N°:3188 Le 12/01/2010 | Partager

. Une campagne pour booster les chiffres. 5 milliards de DH générés par la filiale «UN œuf par jour, c’est la santé»! Voilà le message que veulent faire passer l’Anpo (Association nationale des producteurs d’œufs de consommation) et la Fisa (Fédération interprofessionnelle du secteur avicole), lors de la 2e journée nationale de l’œuf. Une journée organisée sur le thème de «l’œuf et la sécurité alimentaire au Maroc».Lors de cet événement qui se déroulera le samedi 16 janvier, des stands de dégustation seront mis en place dans les grandes surfaces, des dépliants éducatifs seront distribués et un concours des meilleures recettes à base d’œufs sera organisé. Le tout doublé d’une campagne de promotion bien rodée. Objectif principal: stimuler la consommation d’œufs au Maroc. Le pays enregistre en effet un faible niveau par rapport à la moyenne internationale: le taux de consommation est de 121 œufs par an et par habitant au Maroc, alors qu’il est de 134 aux Emirats arabes unis, 160 en Tunisie, 254 en France, 250 aux Etats-Unis et 349 en Chine. «L’œuf, de par son faible coût et les excellentes protéines qu’il fournit, est l’aliment par définition susceptible de combler ce déficit», indique le Dr Abdellatif Zaime, président de l’Anpo.Cette faible consommation d’œufs a pour conséquence un problème de carence en protéines. La moyenne mondiale de l’apport en protéines d’origines animales est de 29,1 grammes par jour et par habitant. Cet apport atteint les 54,2 grammes dans les pays développés et les 21,5 grammes dans les pays en voie de développement. Or, le Maroc affiche un chiffre d’à peine 18 grammes!L’Anpo insiste également sur la meilleure qualité actuelle des œufs, conséquence de la loi 49/99, relative à la protection sanitaire des élevages avicoles, au contrôle de la production et la commercialisation des produits avicoles. «Cette loi, qui est entrée en vigueur en avril 2007, a eu des effets très positifs sur la filière. De plus de 600 élevages, on est passé à 240 élevages agréés. A présent, les éleveurs doivent obtenir une autorisation, qui n’est délivrée que sous condition de normes d’hygiène strictes», précise le Dr Mohamed Berrada, conseiller Anpo.Le Maroc produit actuellement 3,9 milliards d’œufs par an, soit un taux d’accroissement d’environ 6% depuis 30 ans. Le chiffre d’affaires enregistré par la filière est estimé à 5 milliards de DH et les investissements cumulés consentis à 2,2 milliards de DH. La filière génère 12.000 emplois directs et 30.000 emplois indirects.M. N. R. & F.E.O

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite