×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Consommation

Par L'Economiste | Edition N°:3416 Le 02/12/2010 | Partager

Editorial
L’hôpital qui se moque….
«EN raison d’un manque de personnel, le délai d’attente des patients va être rallongé». Tel était le message d’une affiche d’excuse présentée par le corps administratif du service des urgences du centre hospitalier Jacques-Puel, à Rodez. Un texte en guise de mot d’excuse qui montre le degré de respect de l’hôpital par rapport à la dignité, au temps et à la souffrance des patients. Qu’en est-il des hôpitaux au Maroc? Aucune information des patients, aucune orientation, aucune excuse... Il faut même supplier pour parler à un médecin. Jamais une explication claire sur les causes de la maladie. Et si par malheur le patient réclame des informations, bonjour les dégâts! Les sanctions ont toujours fait défaut. Mais nous ne voulons pas de sanction, nous voulons que chacun effectue son travail. La santé humaine est une responsabilité. Nous voulons, en tant que Fédération des Associations des Consommateurs Maroc (FNAC-Maroc) voir dans un secteur aussi sensible une démarche d’amélioration continue de la qualité des établissements hospitaliers. Nous souhaitons voir améliorer la prise en compte des besoins de la personne accueillie dans nos hôpitaux, de façon à:- permettre au patient d’être un acteur à part entière au sein de l’établissement;- lui assurer une prise en charge la plus adaptée possible à ses besoins;- faciliter sa participation dans la définition de ses besoins et dans l’évaluation du service rendu. Le consommateur des services hospitaliers est en droit d’adresser une plainte ou réclamation orale ou écrite aux associations des consommateurs. Ces dernières sont en train d’organiser la gestion de ces plaintes au sein de l’ensemble des services de soins conformément à la règlementation en vigueur.Mohammed OUHSSINESecrétaire général de la FNAC-MarocPrésident de l’APCE-Kénitraouhssine.m40@gmail.com

Actualité
Intempéries: La grande catastrophe
A chaque fois, c’est la même litanie: «plus jamais cela!». Mais à chaque fois, cela recommence et même avec plus de violence. Il aura fallu 48 heures seulement pour que les fortes précipitations mettent à nu la défaillance de nos infrastructures. Les villes du Royaume qui ont connu les pluies diluviennes dans la nuit du lundi au mardi et toute la journée sont encore sous le choc: des crues impressionnantes, des chaussées défoncées et complètement noyées, des quartiers entiers sinistrés, une activité économique au ralenti…La capitale économique du pays a été la plus durement touchée. Un véritable cauchemar pour ses habitants. En une nuit, la hauteur pluies a atteint à Casablanca un niveau qui correspond à la moitié des précipitations totales d’une année. Toutes les voies d’accès à la ville étaient bloquées. Des coupures d’électricité ont été enregistrées dans de nombreux quartiers, toutes les écoles ont fermé leurs portes. Les villes touchées ont également eu à déplorer des morts, le plus grave est celui de l’accident qui a eu lieu à la sortie de Bouzika en allant vers Mohammedia et où un car de transport de personnel d’une société a chuté dans une rivière.Et ce n’est pas fini. Il faudra encore des jours, voire des semaines pour tout remettre en état. Encore une fois, les fortes pluies ont fini par mettre à nu toutes les tares que l’on tente de dissimuler derrière des cache-misère: des zones industrielles dénaturées, des infrastructures complètement vétustes, des constructions illégales permises,... Depuis des années, le même scénario se répète entraînant des pertes de points pour la croissance, la compétitivité, des pertes de marchés, d’emplois... Les grandes stratégies c’est bien et tout le pays en a besoin. Mais encore faut-il construire durablement les fondations. C’est-à-dire des infrastructures de base solides et qui représentent la colonne vertébrale de toute une économie. La capacité à gérer et maîtriser un sinistre est l’un des premiers indicateurs de développement d’un pays.Abdelali FRAHFNAC-MarocAPCE-Kénitraapcekenitra@gmail.com

Eco-Info
Emballages alimentaires, sachez bien les choisir
LES repas confectionnés hors domiciles sont entourés d’emballages, conçus à partir de matières différentes (emballage individuel+ emballage de groupage + film de protection). Mais ces repas ne sont pas bons pour la santé (beaucoup de graisses, de sucres, peu de minéraux et vitamines). Préparer à la maison vos repas ou sandwichs vous permettra d’économiser un film plastique ou une feuille d’aluminium et éviterez ainsi des déchets non recyclables. Les emballages des articles préemballés sont complexes (plusieurs matières), encombrants et non recyclables. Ils grossissent inutilement nos poubelles. Dans certaines grandes surfaces où l’on pèse soi-même les fruits et légumes en vrac, il y a moyen de faire des économies de sachets. Ainsi, vous pouvez peser séparément différents fruits et légumes, les mettre tous dans le même sachet et coller toutes les étiquettes sur ce sachet. Vous économisez ainsi des sachets plastiques. Il faut planifier les repas, vérifier ses stocks et faire une liste de courses. Si vous faites les courses pour plusieurs jours, achetez des denrées non périssables. Pour les produits frais, le mieux est de les acheter au fur et à mesure des besoins, pour éviter de devoir en stocker de grandes quantités. Si ce n’est pas possible, on peut surgeler rapidement la viande par exemple et ne pas attendre trop longtemps avant de la consommer. La consommation d’eau en bouteille a un impact sur l’environnement à différents stades (mise en bouteille, transport et déchets). Vous pouvez opter pour l’eau du robinet qui est de bonne qualité (contrôles fréquents et très stricts), toujours disponible et il ne faut pas la transporter. N’installez surtout pas d’adoucisseur d’eau sur le circuit d’eau froide de votre maison, cela rend l’eau non potable.Boualem OUSSAIDTrésorier de la FNAC-MarocPrésident de l’AMPC-Taourirtapcetaourirt@yahoo.fr

Conseil
Le gaspillage alimentaire coûte cher
LE gaspillage alimentaire commence par le choix des produits et de leurs quantités en magasin. Ce gaspillage prend de l’ampleur surtout en période de fêtes (Aïd, mariages, diverses cérémonies…).Eviter le gaspillage alimentaire commence déjà dans les points de vente. Pour cela:- rédigez une liste de menus et des ingrédients nécessaires;- achetez en grand conditionnement: une solution pour famille nombreuse ou si vous recevez des amis;- achetez des petits conditionnements: la solution quand on vit seul ou à deux;- faites vos courses plusieurs fois par semaine. Vous dépenserez moins en adaptant les courses à vos besoins;- faites vos courses après un repas, vous achèterez moins;- achetez uniquement des produits en promotion si vous en avez vraiment besoin et que vous pouvez les stocker ;- achetez juste la quantité nécessaire grâce à la vente en vrac;- n’achetez que si vous n’êtes pas certain de consommer les produits.Mohammed BENKADDOURPrésident de la FNACPrésident de l’APC-Oujdaapceoujda@yahoo.fr
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc