×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Enquête

Comment l'UE promeut l'emploi

Par L'Economiste | Edition N°:403 Le 18/12/1998 | Partager

Le chômage donne bien du soucis à l'UE qui a mis en oeuvre plusieurs programmes pour promouvoir l'emploi.

Les programmes arrêtés par l'UE pour promouvoir l'emploi s'achèvent en 1999. L'UE a donc décidé de mettre les bouchées doubles pour lutter contre le chômage. Lancée en 1994, la stratégie comprend plusieurs mesures dont la consolidation du marché unique, l'encouragement des PME et la stimulation de la recherche et du développement. En fait, le schéma préconisé n'innove pas: des politiques monétaires et budgétaires stables. Il s'agit donc de réduire les déficits publics afin d'abaisser les taux d'intérêt, de relancer l'investissement et stimuler la croissance.
La consolidation du marché unique vise à favoriser la création d'emplois via la suppression des barrières à l'intérieur de l'Union. Il s'agit de permettre aux entreprises d'opérer plus facilement au-delà des frontières nationales. L'harmonisation de la législation fiscale donnera un coup d'envoi à cette mesure. Pour l'heure, les sociétés européennes sont soumises à de multiples législations nationales. L'unification des tex-tes leur permettrait d'économiser quelque 30 milliards d'Ecus (328 milliards de DH) par an.
En outre, la PME intéresse l'UE dans la mesure où elle concentre les plus gros efforts en matière de création d'emploi. Les chiffres l'attestent. Elle représente en effet plus de 70% des emplois, 50% de l'investissement et 60% des ressources de l'UE. Plusieurs instruments sont utilisés pour la promotion des PME. A titre d'exemple, l'enveloppe d'un milliard d'Ecus dont bénéficient notamment les entreprises implantées dans les zones les moins favorisées.
Pour ce qui est de la stimulation de la recherche & développement, l'UE y consacre un budget de plus de 12 milliards d'Ecus. Cette aide va aux technologies de l'information, la télématique, la biotechnologie et l'environnement. Les crédits visent la création de nouveaux emplois au fur et à mesure que les inventions se traduisent par de nouveaux produits.
Par ailleurs, L'Union n'hésite pas à expérimenter des formules d'emploi plus souples telles que l'augmentation du travail à temps partiel, le raccourcissement de la semaine du travail et le départ à la retraite anticipée. L'objectif est d'augmenter ou de maintenir le nombre total de personnes actives. Même les réglementations et les conditions administratives qui pèsent lourd sur les entreprises sont réexaminées. Selon des estimations, le coût annuel des charges administratives pour les entreprises de l'UE se situerait entre 180 et 230 milliards d'Ecus, soit près de 4% du PIB.


Et la formation professionnelle?


La formation professionnelle et l'éducation figurent en bonne place parmi les programmes de l'UE pour la promotion de l'emploi. Plus concrètement, il s'agit de:
· Leonardo: Doté d'un budget de 620 millions d'Ecus jusqu'en 1999, ce programme offre une formation initiale d'un an avec possibilité de deux années supplémentaires, aux jeunes qui ont quitté l'école. Les adultes n'ayant pas de qualifications appropriées, peuvent également en bénéficier.
· Employment: Ce programme est doté de 300 millions d'Ecus sur cinq ans. Il est destiné à trois groupes spécifiques: les femmes, les jeunes en qualification et les exclus de la société.
· Socrates: Visant la promotion des échanges d'étudiants et d'élèves entre les collèges et les écoles des différents Etats membres, ce programme bénéficie de 850 millions d'Ecus. Il apporte également son concours à l'éducation des travailleurs migrants et des enfants de familles itinérantes.
· ADAPT: Doté d'un budget quinquennal de 1,4 milliard d'Ecus, cet instrument vise à améliorer l'adaptabilité de la main-d'oeuvre en prévoyant les nouvelles compétences et qualifications requises pour faire face à l'évolution industrielle.

Rafik IKRAM & Malika EL JOUHARI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc