×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Clinton et Gates dans l’équipe Obama

Par L'Economiste | Edition N°:2913 Le 02/12/2008 | Partager

. La nouvelle secrétaire d’Etat prendra ses fonctions le 20 janvier. Gates suivra les dossiers de l’Irak et l’AfghanistanLE président élu américain, Barack Obama, a désigné, hier lundi, son ex-rivale démocrate, Hillary Clinton, à la tête de la diplomatie de sa future administration. Hillary Clinton, 61 ans, qui a disputé dans une campagne longue et sans merci à Barack Obama l’investiture démocrate à la présidentielle, deviendra secrétaire d’Etat de la nouvelle administration à partir du 20 janvier. La nomination de l’ex-Première dame devra être entérinée par le Sénat. La sénatrice de l’Etat de New York sera la troisième femme dans l’histoire des Etats-Unis à occuper ce poste prestigieux, après Madeleine Albright sous la présidence de Bill Clinton et Condoleezza Rice, à qui elle succédera. Bill Clinton a accepté de révéler les noms de plus de 200.000 donateurs de sa fondation pour éviter tout conflit d’intérêt et permettre à son épouse de devenir chef de la diplomatie. A noter que Obama va maintenir dans ses fonctions l’actuel secrétaire à la Défense américain, Robert Gates, alors que les Etats-Unis mènent deux guerres de front en Irak et en Afghanistan. C’est la première fois qu’un secrétaire à la Défense est maintenu dans une administration d’un autre bord que la sienne. Sa nomination n’aura pas besoin d’être de nouveau confirmée par le Sénat. L’ancien directeur de la CIA, 65 ans, a succédé fin 2006 au très controversé Donald Rumsfeld pour mettre en oeuvre la stratégie d’envoi de 30.000 soldats en renfort en Irak début 2007, décidée par le président George W. Bush, qui a contribué à améliorer la situation en Irak. Deux ans après son arrivée au Pentagone, et après une longue carrière dans le renseignement, ce spécialiste de l’Union soviétique sera désormais chargé de superviser le changement de priorité militaire en cours en faveur de l’Afghanistan, décrété «front de la guerre contre le terrorisme» par Barack Obama. Selon les experts, Robert Gates pourrait toutefois ne rester qu’un an environ dans l’administration Obama, le temps de faciliter la transition présidentielle. Par ailleurs, Eric Holder a été désigné au poste de ministre de la Justice et la gouverneur de l’Arizona, Janet Napolitano à la tête du département de la Sécurité intérieure. L’ancienne diplomate, Susan Rice, 44 ans, sera la future ambassadrice des Etats-Unis aux Nations unies. Obama a désigné le général américain à la retraite James Jones pour être son futur conseiller à la sécurité nationale.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc