×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Bulletin du Trésorier n° 2 : Optimiser les relations banque-entreprise

Par L'Economiste | Edition N°:47 Le 01/10/1992 | Partager

Le deuxième numéro du "Bulletin du Trésorier" de l'Association Marocaine des Trésoriers d'Entreprises vient de paraître. Il est principale-ment consacré aux relations banque-entreprise. Une bonne évaluation de la rentabilité des clients, la connexion directe entre banques et entreprises et la conduite des négociations des conditions de banque constituent les points mis en relief dans le bulletin.
Outre l'éditorial qui revient sur l'importance de la gestion de trésorerie mise en relief lors de la Première Journée Nationale de la Finance et de la Trésorerie, ce deuxième numéro du "Bulletin du Trésorier" comprend les rubriques "Lu pour vous", "Entretien avec" et "Négocier les conditions de banque". La première reprend un article de la revue "Option Finance", publié dans son numéro du 27 Avril 1992, "Quand les banques font leurs comptes". Cet article passe en revue les problèmes de la détermination de la rentabilité d'un client par sa banque. L'auteur précise de prime abord que la démarche est difficile, vu les écueils relatifs à la comptabilité analytique et la multiplicité des produits et des services bancaires. Pour lui, le traitement par filiale spécialisée serait une solution appropriée. "Il s'agit alors de déterminer, non pas la rentabilité par client, mais sa contribution aux résultats de la banque", recommande-t-il. Dans cette optique, deux éléments entrent en ligne de compte, le coût des opérations effectuées par le client et les frais commerciaux liés à la gestion de son compte. Cependant, précise-t-il, on doit veiller à contre-balancer la notion de rentabilité par celle de risque et de qualité de la relation commerciale. Ainsi, "chercher à supprimer des foyers de pertes, en cessant de traiter des séries d'opérations jugées non rentables, constitue souvent un remède pire que le mal: la banque risque d'être confrontée à un épineux problème de sureffectif", explique-t-il. L'entretien de ce numéro a été réalisé avec MM. Gloux et Baouz de la Direction de l'Informatique et des Télécommunications de la BMCI. Il concerne la connexion directe entre banques et entreprises dans le but de faciliter les échanges d'informations.
Cela permet de réaliser toutes les opérations bancaires par le biais d'un simple appel télématique prépro-grammé à une heure fixe. Le client peut récupérer les informations et les injecter dans son logiciel de gestion de trésorerie, d'où des gains de productivité appréciables. La technique est en train d'émerger au Maroc. Dans la troisième rubrique, suite est donnée à la publication des articles de M. Dung Nguyen, qui a été en France, au début des années 1970, à l'origine du développement du concept de la "Trésorerie Zéro". Dans "Négociez les conditions de banque", Il classe les directeurs financiers en cinq catégories quant à leur attitude vis-à-vis de leur banquier. Pour lui, il y a ceux qui les ignorent, ceux qui "ta-pent sur la table" en toute occasion, ceux qui se conduisent en "guérilleros", d'autres qui ont une totale confiance et enfin une dernière catégorie qui veille à ce que le banquier soit rémuné-ré en fonction des services rendus.

A. D. N.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc