×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Brèves internationales

Par L'Economiste | Edition N°:2913 Le 02/12/2008 | Partager

. La Chine perd son avantage concurrentielLe président chinois Hu Jintao a estimé que l’économie chinoise est en train de perdre son avantage concurrentiel en raison de la crise financière mondiale. «Il y a un ralentissement net de la croissance économique mondiale, avec un affaiblissement marqué de la demande extérieure, et la Chine est en train de perdre ses avantages concurrentiels», a-t-il déclaré. «La concurrence mondiale s’intensifie et les pressions protectionnistes s’accroissent». En octobre, la hausse des exportations chinoises a ralenti à 19,2% contre 21,5% en septembre. La croissance du PIB chinois a ralenti à 9% au 3e trimestre, le niveau le plus faible en plus de 5 ans. La semaine dernière, la Banque mondiale a indiqué qu’elle s’attendait à ce que l’économie chinoise progresse de 9,4% cette année, pour ralentir à 7,5% en 2009, soit le rythme le plus lent en 19 ans.. ONU : 2% du PIB pour empêcher une récessionSi chaque pays consacrait 1 à 2% de son PIB aux plans de sauvetage de l’économie, cela devrait suffire pour empêcher, à l’échelle du monde, une récession, estime Rob Vos, expert de l’ONU, en marge de la conférence sur le financement du développement de Doha. Si on procède ainsi, souligne-t-il, «il devrait y avoir une reprise, peut-être pas dès 2009 mais en 2010, à moins que les marchés ne s’effondrent davantage entre temps». Selon cet expert économique, des stimulants de «la même ampleur» que les plans de plusieurs centaines de milliards de dollars décidés par les Etats-Unis et plusieurs pays d’Europe seraient nécessaires pour empêcher l’économie mondiale de décroître l’année prochaine.. 60 millions d’euros pour l’enseignement supérieur La Commission européenne vient d’approuver, au titre de la nouvelle phase du programme Tempus, 73 projets de coopération universitaire et 13 autres projets de grande qualité choisis parmi 530 dossiers. Chacun des 28 pays partenaires de cette phase du programme, doté d’un budget global de 60 millions d’euros, est concerné. Au total, 900 universités (600 dans les pays partenaires et 300 dans les Etats membres de l’UE) participeront à ces projets. Le programme Tempus a pour objet de soutenir la modernisation de l’enseignement supérieur et de créer un espace de coopération dans des pays situés en dehors de l’Union. Créé en 1990, il rassemble à présent 28 pays des Balkans occidentaux, d’Europe de l’Est, d’Asie centrale, d’Afrique du Nord et du Proche-Orient.. France: le Plan Sarkozy attendu Le président français Nicolas Sarkozy présentera jeudi prochain son très attendu plan de relance de l’économie française à Douai. La ministre de l’Economie Christine Lagarde a estimé la semaine dernière à une vingtaine de milliards d’euros (autour de 1% du PIB français) le montant de l’enveloppe financière consacrée à ce plan qui, a-t-elle dit, mettra l’accent «sur le soutien à l’investissement des entreprises, garant durable de créations d’emplois». Le chef de l’Etat a lui-même précisé que son plan viserait notamment à soutenir les secteurs de l’automobile et du bâtiment, sévèrement touchés par la crise financière mondiale.. Bombay: Les auteurs des attentats venaient du PakistanL’INDE a affirmé, hier lundi, que tous les auteurs des attentats de Bombay venaient du Pakistan, estimant que ces attaques portaient «un grave coup» aux relations entre les deux pays. Sur le plan intérieur, la réaction des autorités aux attaques continuait de provoquer des remous. Au lendemain de la démission du ministre de l’Intérieur, Shivraj Patil, et de l’annonce que le conseiller à la sécurité nationale, M.K. Narayanan, avait présenté la sienne, le chef du gouvernement local de l’Etat de Maharashtra (ouest), où se trouve Bombay, a indiqué qu’il avait fait de même. Son adjoint, R.R. Patil, a démissionné lundi matin, de source officielle. Pour rappel, les attaques ont fait au moins 172 morts, dont une trentaine d’étrangers.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc