×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Brèves

Par L'Economiste | Edition N°:1499 Le 16/04/2003 | Partager

. France: Le Medef table toujours sur une croissance de 1%Le Mouvement des entreprises de France (Medef) table toujours sur une croissance de 1% environ en 2003, a indiqué mardi son président, Ernest-Antoine Seillière, lors d'une conférence de presse. «Nous voyons toujours la croissance de l'année à l'horizon de 1%«, a-t-il déclaré. «Le ministre de l'Economie Francis Mer parle de retrouver 2,5% de croissance en rythme annuel prochainement. Nous l'espérons, mais pas avant la fin de l'année«, voire «durant 2004«, a ajouté Seillière. Pour Seillière, «il faut une convergence pour parler de croissance retrouvée, mais nous n'en sommes pas là«. «Tout ceci sera long car la situation des entreprises n'est pas brillante«, et «il n'est pas facile pour elles de se mobiliser, car beaucoup n'arrivent pas à se financer«, a-t-il indiqué. «Les entreprises sont dans des situations très dégradées sur le plan financier, avec des marges réduites. Il faut attendre qu'elles investissent, mais pour cela il faut qu'elles retrouvent à la fois des moyens et la confiance«, a-t-il expliqué. D'ailleurs, a poursuivi Seillière, «la dernière prévision de la Banque de France (BdF) prévoit une stagnation de la croissance au deuxième trimestre, et nous n'en sommes pas loin«.(AFP). Les victimes de l'Apartheid seront dédommagéesL'Etat sud-africain a annoncé hier mardi des versements finaux de réparations pour des milliers de victimes de l'apartheid, mais a ménagé le monde économique en renonçant à une taxe exceptionnelle, et n'a prudemment envisagé des poursuites judiciaires que là où ce sera possible. Le président Thabo Mbeki, délivrant au Parlement sud-africain la réponse du gouvernement au rapport final de la Commission vérité et réconciliation (TRC), a annoncé que l'Etat «fournira une enveloppe, en une fois, de 30.000 rands (environ 3.900 USD) aux individus ou survivants désignés par la TRC« comme victimes. Le montant annoncé tombe très en deçà des recommandations de la TRC, à savoir des versements d'environ 21.000 rands annuellement, sur six ans maximum, pour un coût total évalué à 3 milliards de rands. Mais le «Fonds présidentiel« créé à cet effet ne dispose que de 900 millions. Les versements seront effectués dans l'année financière en cours.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc