×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Bouskoura: Nouveau centre pour SOS autisme

Par L'Economiste | Edition N°:3247 Le 05/04/2010 | Partager

. Il accueillera une centaine de malades en septembre. 50.000 autistes au Maroc, dont 4.000 à CasablancaA quoi ressemble un enfant autiste? A un enfant tout court, sauf qu’il refuse tout contact avec le monde extérieur. Il a son univers propre à lui! Un diagnostic plus profond révèle qu’un autiste peine à communiquer, à tisser des relations sociales. «Cet handicap pèse sur son développement social et induit par conséquent des comportements stéréotypés (gestes répétitifs)», explique El Hadi Choukoud, le psychologue directeur du nouveau centre d’accueil SOS autisme. Une association, sise à Bouskoura, qui s’apprête à ouvrir ses portes aux enfants autistes en septembre prochain.Près de 50.000 cas sont décelés au Maroc, soit presque l’équivalent des habitants de Chefchaouen. Casablanca à elle seule compte environ 4.000 cas. Près d’un enfant sur 150 est touché dans le monde, selon des statistiques internationales. C’est dire l’urgence d’une structure de prise en charge spécialement dédiée à cette frange de la population. Le nouveau centre SOS autisme, qui s’étale sur une superficie de près de 12.000 m² devra abriter une aile préscolaire, une autre scolaire, un service médical et paramédical, des salles de jeux et d’informatique ainsi que des ateliers de découverte et de travaux manuels. Il a une capacité d’accueil d’environ une centaine d’enfants, répartis selon leurs âges dans les ailes préscolaire et scolaire. L’organisme a été construit par les membres de l’association suite à la collecte de dons et des partenariats scellés avec des opérateurs économiques. Le fonctionnement du centre sera financé principalement par les cotisations des parents selon leurs revenus, ainsi que des contributions privées et publiques. Quant à l’admission des enfants, la priorité sera accordée aux bas âges et aux premiers candidats qui se présenteront au centre. La carence en centres d’accueil spécialisés au Maroc pose problème. De même, la formation est inexistante. «Il est difficile de trouver des éducateurs susceptibles d’accompagner des enfants autistes. L’Etat doit intervenir davantage et former des éducateurs et des spécialistes pour autistes», a indiqué Mounia Benyahyai Faraj, présidente de l’association lors d’une visite du centre organisée pour la presse mercredi dernier. A noter que SOS autisme est créée par un groupe de parents et d’amis d’enfants autistes, œuvrant pour assurer à ces patients une éducation et une vie décente. Elle dispose pour le moment d’un petit centre à Casablanca, dont la capacité d’accueil ne dépasse pas 17 enfants au maximum.I. B.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc