×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 26/11/2021
Mobilité

Comment une ville peut devenir un champion de l’export automobile, accueillir le TGV et ne pas...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Bourse: IAM, vedette à Paris aussi

Par L'Economiste | Edition N°:3188 Le 12/01/2010 | Partager

. Comment s’est comportée la seule valeur marocaine cotée à Paris. Une performance de 96% entre 2004 et 2009. Les analystes prévoient une performance de 20% en 2010Maroc Telecom attire les investissements étrangers à la Bourse de Casablanca. De fait, en dehors des performances de la filiale de Vivendi, l’attrait pour la valeur IAM relève également de sa double cotation à la Bourse de Casablanca et de Paris. Ce qui facilite les investissements des étrangers. Ainsi, les grands institutionnels (les banques par excellence) peuvent acheter des actions Maroc Telecom à Paris et vendre à Casablanca. Et la même gymnastique est possible dans le sens contraire. Un avantage dont l’opérateur est le seul à disposer aujourd’hui, parmi les sociétés cotées à la Bourse de Casablanca. Depuis 2004, le titre Maroc Telecom est coté simultanément sur les deux places financières. Selon le marché, «il a progressé de 96% entre 2004 et 2009 ». En 2008, le cours de l’opérateur a atteint des sommets. Il était négocié entre 16,30 et 17,40 euros (entre mars et août 2008). Ce qui lui a notamment valu d’être recommandé à la vente par les analystes de la banque américaine Morgan Stanley à la fin de l’année 2008. Au contraire, les performances 2009 se sont affichées en retrait de 11,34%. Le cours Maroc Telecom a atteint un plus haut de 14,79 euros contre un plus bas de 11,87 euros. Toutefois, la valeur IAM reste un titre refuge qui a résisté à la crise financière. De l’avis des analystes, Maroc Telecom est une valeur de rendement. Les estimations pour 2009 font ressortir une distribution de dividende de l’ordre de 10,83 DH. La valeur traite à 13,1 fois ses bénéfices. Son rendement annuel pour 2009 est estimé à 7,6%. Le titre IAM est très peu liquide à la Bourse de Paris. D’un autre côté, « les transactions sur la valeur donnent lieu a beaucoup d’arbitrage notamment en raison de sa double cotation, ce qui en fait un titre peu volatile», relève un analyste. Les arbitragistes interviennent le plus souvent durant les phases de fortes transactions pour profiter des décalages entre Casablanca et Paris, est-il indiqué. En tout cas, le marché prévoit une année 2010 meilleure. Les analystes tablent sur une progression du cours IAM d’environ 20%.F. Fa

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite