×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Anciens abattoirs
Opération de réhabilitation des commerces

Par L'Economiste | Edition N°:3246 Le 02/04/2010 | Partager

. Un projet de relookage de 33 magasins . Le programme financé dans le cadre de Rawaj. Achèvement des travaux en 2012LES restaurants riverains des anciens abattoirs font peau neuve. Ils seront réhabilités dans le cadre du programme Rawaj 2020, qui vise la mise à niveau du commerce de proximité. Ministère du Commerce, Chambre de commerce et des services de Casablanca (CCISC), Syndicat national des commerçants et des professionnels du Maroc (SNCP) viennent de signer un accord dans ce sens. Ce dernier porte sur la nature des travaux de réhabilitation des restaurants situés près des anciens abattoirs. Les travaux de réaménagement devront tenir compte de la cohérence entre le quartier et le nouveau design des restaurants. Au préalable, une expertise sur les conditions de confort au niveau de chaque restaurant, les travaux de réfection, de décoration et l’accompagnement des propriétaires sera réalisé. Autre point de l’accord, la fourniture des équipements et du matériel nécessaires au fonctionnement de ces restaurants et ce, dans le cadre du fonds Rawaj. Le programme de réhabilitation, qui durera jusqu’à fin décembre 2012, est destiné aux propriétaires de restaurants, de gargotes, de snacks, situés aux environs des anciens abattoirs, au niveau de l’angle rue Jaâfar El Barmaki et rue El Aïn El Hamra, dans la préfecture de Aïn-Sebaa Hay Mohammedi. Au total, 33 commerces bénéficieront d’une mise à niveau, sélectionnés selon les critères fixés dans un cahier des charges. La convention de réhabilitation définit le champ d’action de l’ensemble des intervenants. Ainsi, le ministère du Commerce devra concevoir le programme de réhabilitation des commerces de ce quartier et le soumettre à une commission de sélection pour approbation. La tutelle devra également désigner les experts qui seront chargés de la mise en œuvre du programme de mise à niveau. «L’étude de faisabilité du projet vient d’être bouclée», déclare Ali Boutakka, trésorier national du SNCP. Pour conserver le cachet du quartier, l’association Casamémoire a été impliquée dans le projet de réhabilitation. «Notre rôle consiste à élaborer les plans et à assurer le suivi des travaux de réhabilitation», explique Aadel Essaadani, urbaniste et membre de Casamémoire et directeur de l’école des métiers du spectacle. Il s’agit pour l’association d’harmoniser les façades des magasins dans le sens d’une unité architecturale avec les abattoirs. «En fait, notre objectif est de drainer le maximum du public de la fabrique culturelle vers ces restaurants», précise Essaadani. Pour l’urbaniste, cette démarche représente un projet de quartier et de ville. Si les façades seront harmonisées, chaque propriétaire de commerce reste libre de concevoir son propre agencement intérieur. Et pour éviter les dérapages, un cahier des charges est en cours d’élaboration pour définir la configuration générale du projet de réhabilitation. Outre la façade des commerces et leur aménagement intérieur, le projet portera également sur la réfection des trottoirs, la conception d’espaces verts et d’espaces de stationnement… Les travaux de réhabilitation des commerces du quartier des abattoirs dureront plusieurs mois. Ce qui se traduira certainement par une perte de revenus pour les commerçants. Mais cela ne semble pas déranger outre mesure Boutakka. «Les 33 propriétaires adhèrent entièrement à la démarche parce qu’ils sont convaincus que ce projet leur permettra d’attirer une clientèle plus importante après réhabilitation», explique-t-il. En effet, les préposés de ces commerces tablent sur une nouvelle clientèle. Cette dernière serait constituée du public de la fabrique culturelle, d’artistes, de jeunes étudiants et autres amateurs de grillades.De plus, les commerces en question seront dotés de nouveaux équipements. «Dans le cadre du fonds Rawaj, les commerçants bénéficieront d’une subvention de 20.000 DH, destinée à l’acquisition des équipements et du matériel nécessaires», précise Boutakka. Les bénéficiaires ne toucheront pas directement cette aide, mais elle sera plutôt versée à des fournisseurs de matériel tel que les tables, les chaises ou encore les vitrines réfrigérées... Toujours dans le cadre du fonds Rawaj pour la modernisation du commerce de proximité, une enveloppe budgétaire de 5.000 DH est débloquée en faveur de chaque commerçant pour bénéficier d’une action de formation en matière de comptabilité, de commerce, de fiscalité, de rapports avec la CNSS…


Modernisation

RAPPELONS d’ailleurs que le fonds Rawaj, qui est doté d’un budget de 900 millions de DH, vise à accompagner 35.000 commerçants par an. A ce titre, d’autres quartiers seront bientôt concernés par un programme de modernisation que ce soit dans la capitale économique ou dans d’autres régions. Il s’agit dans une seconde phase des magasins de l’ancienne médina de Casablanca, dont l’étude est en phase de bouclage. Quant à Derb Omar, dont la requalification sera bientôt lancée, au marché central et à la Kissaria de Hay Mohammedi, ils seront mis à niveau dans une seconde phase. Hassan EL ARIF

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc