×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Addoha
CA en hausse, résultat en baisse

Par L'Economiste | Edition N°:3245 Le 01/04/2010 | Partager

. Augmentation de capital en vue pour financer le logement social. 14,2 milliards de DH de revenus déjà sécurisésAu terme de 2009, le groupe immobilier affiche des résultats annuels en deçà des prévisions du marché. Principale raison invoquée, une conjoncture internationale défavorable qui a impacté les réalisations de Fadesa Maroc. Dans ces conditions, le chiffre d’affaires consolidé du groupe s’établit, tout de même, à un peu plus de 6 milliards de DH alors que les prévisions tablaient sur plus de 7 milliards de DH. Ce poste marque, tout de même, une hausse de 25% par rapport à 2008. A ce titre, la production annuelle du groupe a été multipliée par 3,5 pour atteindre 20.000 logements, soit une part de marché de près de 40% de la production nationale dans le social et le moyen standing. En revanche, le résultat d’exploitation du groupe se détériore de 22% pour s’arrêter à 1,5 milliard de DH. De fait, la marge d’exploitation s’en trouve réduite à 25,8%. Selon le management, cette situation est imputable à la cession de deux hôtels de la station balnéaire de Saïdia qui ont induit une perte de 260 millions de DH. A ce propos, Fadesa Maroc a accusé un repli de son résultat net à 17 millions de DH en 2009 contre 520 millions en 2008.De son côté, le résultat financier réduit son déficit à -287 millions de DH contre -614 millions en 2008 suite à l’allègement de 11% des dettes financières à long terme à 3,6 milliards de DH. Toujours est-il, Addoha totalise un endettement global de plus de 8 milliards de DH. Intégrant un résultat non courant en forte hausse à 46 millions de DH, le résultat net consolidé se replie de 20% pour à peine dépasser 1 milliard de DH. Dans ce sillage, le bénéfice propre du groupe s’affaisse de 24% à 878 millions de DH contre des prévisions à 1,7 milliard de DH. Par conséquent, la marge nette est ramenée à 14,6% contre 24% en 2008.Au niveau des indicateurs sociaux, c’est une autre paire de manches. En effet, les revenus se renforcent de 28% pour grimper à 3,3 milliards de DH. Une hausse justifiée par les livraisons de logements sociaux et intermédiaires au niveau d’une trentaine de programmes développés.Côté exploitation, le résultat opérationnel limite sa progression à 7,3% à 792 millions de DH. Cette hausse liée à la montée en puissance des charges notamment celles liées à la mise en place de la marque Prestigia.Le résultat financier résorbe, pour sa part, son déficit pour se chiffrer à 117,1 millions de DH. In fine, le résultat net bondit de 75% pour s’établir à 791 millions de DH. Cela a permis de renforcer les fonds propres de la société qui s’établissent à 4,7 milliards de DH à fin 2009, pour aboutir sur un ratio d’endettement de 1,2. Ce niveau est jugée satisfaisant pour le management d’Addoha.Compte tenu de ces réalisations, le groupe devrait verser un total de 425 millions de DH au titre des dividendes 2009.


Perspectives

Le promoteur immobilier entend, comme nous l’annoncions en exclusivité dans notre édition du 31 mars 2010, augmenter son capital au cours de l’année. «L’objectif est d’accompagner le développement des nos projets de logement sociaux et non de financer notre endettement», précise Anas Sefrioui, PDG du groupe, sans fournir plus de détail sur les caractéristiques de l’opération. Toutefois, il soutient que deux banques d’affaires (une marocaine et l’autre étrangère) travaillent actuellement pour le montage et les modalités de la recapitalisation. A noter que le promoteur s’est lancé dans un vaste programme de réalisation de 120.000 logements sociaux sur la période 2010-2015.En parallèle, la société programme la livraison en 2010 des logements vendus sous la marque Prestigia, près de 3.000 unités écoulées en 2009. De son côté, Fadesa prévoit de «céder les autres parcelles devant être affectées aux unités hôtelières sous forme de parcelles de terrain (6 au total), puisqu’elle n’est pas tenu de les construire». A ce titre, le groupe a déjà vendu une de ses parcelles à un opérateur marocain pour pas moins de 750 DH le mètre, révèle le management et une seconde a déjà été réservée. «La vente de ces 6 parcelles dégageront des marges significatives», affirme Sefrioui. Par ailleurs, le chiffre d’affaires sécurisé du groupe se monte à 14,2 milliards de DH au 1er janvier. «Ce montant est relatif aux compromis de vente déjà signés et dont les logements n’ont pas encore été livrés aux acquéreurs».Moulay Ahmed BELGHITI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc