×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Brèves

Par L'Economiste | Edition N°:4604 Le 09/09/2015 | Partager

■ Aide au développement: Ce que recommande l’OCDE à la Belgique
L’OCDE a passé au crible la situation économique en Belgique. Le pays a consacré 35% de son aide publique aux pays les moins avancés (PMA) en 2013 (ce qui est supérieur à la moyenne des donneurs) et a promis de porter cette part à 50%, en donnant la priorité à l’Afrique centrale, du Nord et l’Ouest. Cependant, cet objectif sera difficile à respecter, si «la Belgique ne modifie pas les modalités de budgétisation, de programmation et d’acheminement de l’aide». Pour tenir ses engagements, elle devrait simplifier les procédures, accroître la flexibilité budgétaire et déléguer davantage de compétences aux pays en développement partenaires. Globalement, l’aide belge devrait continuer à diminuer dans les années à venir suite aux coupes budgétaires de 2015.

■ Merkel veut déplafonner les quotas des migrants
La proposition de la Commission européenne de répartir 120.000 migrants en Europe n'est qu'un premier pas. C’est ce qu’a estimé à Berlin la chancelière allemande Angela Merkel, en appelant ses partenaires de l'UE à accepter un système de quotas sans plafond. «Le nombre des réfugiés (arrivant sur le continent) ne peut être déterminé en Suède ou en Allemagne, il est le résultat de circonstances dans le monde», a-t-elle dit. Ceci au moment où le flux actuel de migrants fuyant l'Afrique ou le Moyen-Orient ne donne aucun signe de tarissement. Le président de la Commisson européenne Jean-Claude Juncker souhaiterait parvenir à un mécanisme de répartition contraignant et permanent dans les prochains mois. Ce qui permettrait de répartir les réfugiés automatiquement au lieu de devoir négocier avec les Etats membres au cas par cas. Mais cette option est loin de faire l'unanimité. En attendant, il doit présenter ce mercredi 9 septembre devant le Parlement européen les détails de ses propositions.
■ L’armée de l’air française survole la Syrie
La décision annoncée lundi par François Hollande a été immédiatement suivie d'effets. En effet, l'armée française a effectué, hier mardi, ses premiers vols de reconnaissance au-dessus de la Syrie, a indiqué le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius. Ces vols de reconnaissance détermineront le moment venu telle ou telle action qui pourrait être prise. Le président Hollande avait annoncé un changement de stratégie à l'égard du groupe Etat islamique (cf. notre édition N° 4603 du 8 septembre 2015).
 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc