×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Enchères Aswak Assalam: Un seul intéressé!

Par L'Economiste | Edition N°:4604 Le 09/09/2015 | Partager
Une seule offre adjugée pour 40.000 actions
L’indispensable visa du juge-commissaire

Sur un total de près de 3,5 millions, seulement 40.000 actions d’Aswak Assalam ont été adjugées

 

La vente aux enchères des 3.499 actions d’Aswak Assalam n’aura  duré que dix minutes. Brève et intense, l’audience s’est tenue durant l’après-midi du mardi 8 septembre à la Cour d’appel de commerce de Casablanca. Le montant global que vise cette vente judiciaire est de 220,5 millions de DH.
Laila Laraqui est toujours au premier banc de la salle n°6 pour lancer les enchères. Le prix d’ouverture a été fixé à 73 DH l’action, soit 10 dirhams de plus que celui retenu par l’expertise judiciaire. La femme d’affaires ouvre donc le bal avec 74 DH et vise l’acquisition de 40.000 actions. La salle est aussi silencieuse qu’un cimetière. Avec sa forte voix, le président de la séance tente de stimuler les très rares enchérisseurs. Un jeune homme relance l’offre à 75 DH pour chacune des 2.000 actions qu’il souhaite acquérir. Sa concurrente propose un dirham de plus.
«Un, deux et trois. Adjugé», déclare le greffier après avoir réitéré plusieurs fois la proposition de la patronne de Linéa Luxe. Contrairement à la dernière et infructueuse audience, celle du 14 juillet 2015, Laila Laraqui sera la seule à se lever pour aller signer le chèque. La procédure exige que soit réglée en plus une taxe de 3% sur le montant de l’adjudication s’il s’agit d’un fonds de commerce ou d’un immeuble. La taxe est de 10% si la vente aux enchères porte sur un meuble. C’est le cas des actions.  L’offre de la femme d’affaires devra être préalablement validée par le juge-commissaire. Ce qui ne sera pas vraisemblablement le cas, vu que le produit de la vente judiciaire est loin de désintéresser le créancier d’Ynna Holding, la société mère de l’opérateur de grande distribution. Spécialisé en ingénierie industrielle, Fives FCB réclame plus de 25 millions d’euros de dommages et intérêts au groupe Chaâbi. La construction d’une cimenterie est au cœur du contentieux.
Parions qu’une nouvelle audience sera programmée. L’état d’avancement de la procédure en cours profite au débiteur. Parmi l’assistance, «l’on reconnaît quelques salariés d’Ynna Holding», souffle l’une des personnes présentes et qui se déclare à nous comme «boursicoteur»! Il va de soi que ces émissaires officieux vont faire le reporting à qui de droit. Ils quitteront d’ailleurs la salle juste après la clôture des enchères.
L’un des avocats du cabinet Bassamat (défenseur de la firme française) va échanger dans le vaste hall du tribunal quelques mots avec Laila Laraqui. La dame fera de même avec l’enchérisseur qui avait déjà assisté à la précédente audience. Ayant souhaité garder l’anonymat, le jeune homme qui s’active «dans le capital-risque» fait part à L’Economiste  de ses motivations.  Aswak Assalam est une «belle boîte», «la grande distribution a un bel avenir»… Mêmes arguments déployés auparavant par la femme d’affaires. «L’unique inconvénient» de ces actions est «qu’elles ne sont pas liquides». Entendez par là que l’entreprise «n’est pas cotée en bourse», affirme le jeune homme qui se fait attendre par son chauffeur. Si Aswak Assalam le devient et que «je suis actionnaire, même minoritaire, c’est le jackpot». Pourquoi alors ne pas cibler plus de 2.000 actions? «Un financier ne met jamais ses œufs dans le même panier», rétorque notre interlocuteur. Ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd.
F.  F.
 
 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc