×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Caféino se développe au Maroc

Par L'Economiste | Edition N°:4586 Le 11/08/2015 | Partager

De la Suède au Maroc, le pas n’est pas toujours évident à franchir. Caféino, un business familial 100% marocain dans l’univers du café, a pourtant fait le pari. Tout est parti d’un premier établissement à Stockholm. Le succès est au rendez-vous, les frères décident alors de partager ce succès dans leur pays d’origine. Si le concept est original, le challenge est encore loin d’être gagné d’avance. Au Maroc, la consommation du thé est largement dominante. Celle du café ne s’élève qu’à un ratio de 800 g par personne et par an. En 2011, le premier Caféino (mon café en berbère) voit le jour dans une galerie marchande de leur ville natale : Al Hoceima. Le retour sur investissement (2 à 3 millions de DH), ne se fait pas rapidement, puisque selon Mohamed Elyounssi, directeur associé «Dans cette ville il n’est pas très répandu de s’assoir dans un café comme dans les grandes villes». Selon la même source, le café rencontre davantage de succès pendant la période estivale. La saga ne s’arrête cependant pas là, l’affaire familiale se poursuit à Rabat en 2013. L’emplacement (plage de Harhoura) est déjà très fréquenté, l’établissement se fait donc rapidement connaître.
A Casablanca c’est un an plus tard, à la gare de Casa Port que le premier café ouvre ses portes. Si au départ Caféino pense cibler les voyageurs, c’est, peu à peu, un tout autre public qui vient. « Les gens cherchent un endroit où s’assoir pendant quelques heures et non pas un lieu où prendre un café rapide en attendant le train », explique Elyounssi. L’étage qui devait servir à un show-room de fabrication de café, se voit remplacé par une salle assise pour les clients. De plus, au niveau du centre-ville casablancais, Casa Port est le seul établissement rassemblant magasins, kiosques et cafés dans un même lieu.  Par ailleurs, Caféino s’invite aussi sur le créneau du thé rouge, vert ou noir mélangés avec des plantes médicinales. Face au succès rencontré par ces produits, la famille a ouvert une boutique intégrée dans chacun de leurs cafés. De plus, le management table sur plusieurs ouvertures, pour lesquelles ils prospectent encore. Parmi les lieux qui reviennent en force, il y a notamment la nouvelle Marina de Tanger, le futur Rabat Center... Les villes de Casablanca et Marrakech, connaissent un fort développement de l’offre restauration et sont difficiles d’accès, mais promettent les meilleurs bénéfices.
Sabrina EL-FAÏZ
 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc