×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Violence contre les femmes: Retour à l'âge de pierre

Par L'Economiste | Edition N°:4539 Le 03/06/2015 | Partager
Tabous, non-dits et traditions écrasent les sociétés, même les plus démocratiques
Une nouvelle forme de violence émerge
Une vingtaine de pays réunis à Fès à l’initiative du centre ISIS

Le rideau vient de tomber sur les travaux du 7e Forum international des «Femmes Méditerranéennes». Initiée par le Centre ISIS pour femmes et développement sous le thème «la montée de la violence contre les femmes dans la région du Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), cette rencontre de trois jours a réuni une centaine de femmes militantes venues d’une vingtaine de pays. Elles s’accrochent toutes à la nécessité de lutter contre les nouveaux types de violence contre les femmes et les crimes d'honneur ainsi que leurs conséquences sociales, économiques et politiques.
Pour Fatima Sadiqi, présidente du Centre ISIS, «la question de la violence à l'égard des femmes est liée à plusieurs facteurs dont l'enseignement, la culture, les médias et la loi, rappelant dans ce cadre les multiples formes de souffrances dont sont victimes les femmes de la région MENA». Même son de cloche auprès de l’ex-ministre du Développement social, de la famille, et de la solidarité, Nouzha Skalli. La députée PPS a rappelé les avancées du Maroc durant les dix dernières années, la nouvelle Moudawana entre autres. Toutefois, demeure «une résistance féroce pour maintenir les problèmes de société dans les tabous, les non-dits et la tradition, comme les relations sexuelles hors mariage, la prostitution…».
En tout cas, «la violence n’est pas le lot des seules femmes musulmanes, puisque toutes les sociétés qu’elles soient démocratiques ou non sont affectées par ce fléau», renchérit Fatima Houda Pepin, politologue, consultante internationale et conférencière. Pour elle, «il s’agit donc d’un fléau qu’il faut éradiquer par l’éducation, la sensibilisation, la législation et les interventions». Pour y arriver, il faut équiper les intervenants, la police, les services sociaux, etc. Pour pouvoir contrôler cette violence. Il faut également militer pour l’adoption et la mise en œuvre de lois pour protéger les femmes contre différentes formes de violence et instaurer une parité pour le partage réel du pouvoir entre les femmes et les hommes. «Ce qui nécessite une réflexion nationale et régionale coordonnée et solidaire pour contrecarrer tout retour en arrière sur nos acquis si durement arrachés», estime Skalli.

Recommandations

La déclaration finale du forum a retenu 9 points. Outre réduire la distance entre les constitutions de la région et les lois dans le domaine de la violence contre les femmes, les expertes  internationales ont insisté sur la nécessité du réseautage des organisations oeuvrant à éradiquer toutes formes de violence contre les femmes. Il faut également faciliter l’accès des femmes au domaine juridique, préserver leurs acquis et droits et contrer tout retour en arrière. Sortir la loi qui criminalise toutes formes de violence contre les femmes, éradiquer les racines théoriques de la violence contre les femmes dans les médias, et renforcer la société civile et surtout les associations féminines, figurent aussi parmi les recommandations. «Il faut arrêter la violence politique, sociale et économique contre les femmes et renforcer les systèmes éducatifs en tenant compte des droits des enfants», conclut Sadiqi.

Youness SAAD ALAMI
 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc