×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

En retard sur le mobile, Intel se cherche de nouvelles voies

Par L'Economiste | Edition N°:4539 Le 03/06/2015 | Partager
Il acquiert pour 15 milliards de dollars le taïwanais Altera
L’opération lui ouvre le marché des objets connectés

Intel essaie de rattraper son retard dans le segment du mobile. Le plus grand fabricant de puces informatiques et de microprocesseurs au monde s’apprête à racheter Altera, un grand producteur de semi-conducteurs taïwanais, pour 15 milliards de dollars. Le deal  permettra à Intel de diversifier ses activités au-delà des microprocesseurs. La firme taïwanaise est spécialisée dans les puces pour les serveurs informatiques, mais également un acteur très développé dans l’Internet des objets avec une expertise reconnue dans les composants reprogrammables. Un segment promis à une croissance soutenue dans les prochaines années étant positionné au carrefour de plusieurs marchés: télécommunications, accessoires portés, électroménager, équipements sportifs, etc.
Cette transaction permettrait à Intel d’élargir son portefeuille et d’aller au-delà des puces pour ordinateurs, où son chiffre d’affaires commence à rétrécir. Celui-ci a en effet baissé de 8% au premier trimestre 2015, du fait que le marché mondial se base de plus en plus sur le mobile, même dans les pays en développement. En même temps, Intel qui, pourtant, fabrique des microprocesseurs pour Apple n’arrive  pas à convaincre les autres acteurs. Conséquence: sa division mobile avait enregistré une perte de 4,2 milliards de dollars en 2014. En fait, la taille des processeurs n’est plus l’enjeu le plus important.  Les fabricants de puces mobiles ont des enjeux semblables à leurs «concurrents» du PC, à savoir l’économie d’énergie, la mobilité, les coûts. Ce sont les problèmes auxquels a essayé de faire face Intel pour produire ses derniers microprocesseurs.
Mais Intel qui a longtemps été seul sur ce marché a aujourd’hui du mal à concurrencer d’autres entreprises, comme le britannique ARM. Cela est également valable pour des secteurs où il est considéré comme un leader, comme pour les serveurs. C’est justement pour ça qu’il essaie de diversifier ses revenus. Cela se voit à travers son insistance pour l’acquisition de Altera, avec qui les négociations n’étaient pas faciles. Le constructeur taïwanais aurait refusé une première offre, en avril qui grimpait à 54 dollars par action après des mois de négociations. Intel a ensuite mis le paquet pour remporter le marché.
Altera n’était pas la seule entreprise dans la ligne de mire d’Intel. Le groupe ciblait également Broadcom, un grand opérateur du secteur des serveurs avant qu’un autre concurrent, Avago Technologies, ne le devance avec 37 milliards de dollars pour l’ensemble des actifs de la société (y compris ses dettes).

Carte de visite: Altera

L’entreprise est l’un des leaders mondiaux des puces FGPA (field-programmable gate arrays). Des puces qui peuvent être reconfigurées par le client après leur fabrication. Ces processeurs, à haute performance énergétique, sont prisés dans les télécoms pour les antennes-relais des opérateurs, la défense ou l’automobile. Cotée au Nasdaq, elle a réalisé un résultat net de 556,8 millions de dollars en 2013.

M. L.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc