Courrier des Lecteurs

Parkings payants: Le bonheur des uns…

Par L'Economiste | Edition N°:4471 Le 26/02/2015 | Partager

Une gêne occasionnée aux riverains!
Le monde crie, aujourd’hui, je suis Charlie et nous, nous devrions crier, je suis Charlot! En effet, si l’on continue à se taire devant la mainmise de la Société des Parkings de Rabat, devant son racket et devant son appropriation des ruelles, il vaut mieux que les automobilistes de Rabat arborent un badge avec comme mot de ralliement «Je suis un Charlot». Ce matin, à ma grande stupeur, même les parkings dans les arrières-cours d’immeubles et dans les placettes réservées exclusivement aux usagers des immeubles se sont retrouvés badigeonnés du symbole de la colonisation, de  l’exploitation abusive et de l’appropriation sauvage de cette société, en l’occurrence le traçage bleu du conquérant. Messieurs les décideurs, si votre intention, pour des raisons occultes, consistent à livrer le territoire de Rabat à cet exploitant béni des Dieux, autant changer le règlement de voirie de la ville ainsi que les normes que vous imposez aux investisseurs et promoteurs. Vous pourriez par exemple installer une place de stationnement pour tous les 80 m2 de commerce ou encore une pour chaque appartement…Pourquoi les obliger à payer pour les autres? Je pense qu’il vaut mieux carrément instaurer une taxe à payer avec la vignette annuelle à reverser à cette Société et décréter que tous les espaces non bâtis sont la propriété exclusive de la Société des Parkings de Rabat. Pour finir, si, pour rentrer dans mon parking au sous-sol de mon immeuble, vous décidez d’y installer un horodateur à l’entrée et à la sortie, de grâce, faites-le moi savoir en douce. Ainsi, je liquiderais ma voiture avant que tout le monde s’y mette et que les prix dégringolent. Idem pour l’accès à ma salle de bains, à ma chambre ou à ma cuisine. Je redoute chaque jour d’y rencontrer soit un agent de la société en question, soit un policier embusqué derrière un radar.
El Montacir Bensaid
Un citoyen

Une malchance pour les gardiens
A mon humble avis, l’idée de mettre en place des horodateurs à Maârif n’est pas bonne. Les premiers perdants seront, dans un premier temps, les conducteurs. Tandis que la place était facturée en moyenne 5 DH par jour lorsqu’il s’agissait de gardiens, son prix triplera, voire quadruplera dans le cas d’un horodateur. Les gardiens perdront également au change. Leur travail leur permettait de nourrir leurs familles. Ils lavaient également les voitures et rendaient d’autres services du même type aux conducteurs. Que vont-ils devenir? Je demeure pessimiste quant à leur sort.o
M.Y.

 Beau travail et fierté

Je tenais à vous remercier, au nom de l’équipe communication et l’ensemble de l’entreprise Richbond, pour l’article que L’Economiste a publié dans son numéro 4466 du jeudi 19 février. Jour après jour, je suis fière d’être passée par les bancs de l’ESJC de L'Economiste, et je ferai de mon mieux pour garder l’image de l’institution intacte.

Farah A.

Juriste et juriste

Le métier  de juriste se perd. L’Economiste résiste tant qu’il peut, mieux que les autres. Tenez bon! Je lis dans votre numéro de lundi un article documenté qui oppose le code de la route aux dispositions liées à la protection des données personnelles. En gros, quand on se fait flasher par un radar, il y a automatiquement un fichier de créé. Reste à savoir si cela est compatible ou non avec la protection des données personnelles?  Comme tout homme, je me considère comme un grand  coureur automobile dont la vocation a été contrariée. Je me contente de rêver les vitesses de ma pétrolette. Néanmoins, je pense que la sanction d’un excès de vitesse est plus essentielle que le fichier, autorisé ou pas, qui permet cette sanction. Permettez-moi aussi de signaler un fait peu connu, pourtant important.
Vous savez que pour des raisons historiques, les Français sont un peuple allergique au fichage (plus en parole qu’en acte d’ailleurs, mais ceci est une autre histoire). Ce peuple sourcilleux a développé un droit spécifique, dont j’ignore s’il correspond ou pas à la culture marocaine (je suis dans votre beau pays depuis peu,  pour ma retraite). Ce droit spécifique des données personnelles a au moins  une grande utilité: il élimine la compétition des centres d’appels dont le pays n’aurait pas ce même droit. J’ai eu à suivre ce dossier, dans une autre vie: savez-vous que Tunis a fait un grand  tapage contre le Maroc, pour lui piquer ce secteur? C’est dans ce cadre-là, et pas un autre, que cette loi de France est entrée en urgence dans le corpus marocain.
Valeur aujourd’hui, je ne suis toujours pas certain que ce soit une bonne loi. En effet, elle a des aspects très pervers: elle protège plus les escrocs que les victimes  dans les cas de vol d’identité bancaire, de détournements ou d’abus sur Internet… Voudriez-vous, s’il vous plaît, vous occuper de ce versant-là de cette loi?
Martial D. juriste d’affaires retraité au Maroc

 

 Numéro vert pour la propreté: Une excellente idée!

J’ai lu avec attention l’article du 24 février sur le numéro vert sur la propreté. Ce numéro vert unique, destiné à recevoir les réclamations des Casablancais concernant la collecte ou les problèmes de poubelles, est à mon sens une excellente initiative. En effet, il était insuffisant de placer de nouvelles poubelles aux quatre coins de la ville. Un suivi et des prestations étaient pour le moins nécessaires pour éradiquer les points noirs de la propreté à Casablanca. Espérons que les habitants en feront bon usage et que la qualité du service ne s’amoindrira pas avec le temps.
R.I.

 Chasse aux cours particuliers: Une démarche inutile
Je viens de lire votre billet sur les cours particuliers au Maroc et voudrais donner mon point de vue sur les mesures que notre ministre de tutelle compte prendre pour mettre fin à ces pratiques somme toute inacceptables. A mon sens, le ministre ignore que le soutien scolaire constitue une pratique courante dans les pays réputés avoir un système éducatif très performant comme la Corée du Sud.
Du coup, espérer réformer un système éducatif comme le nôtre en s’attaquant au soutien scolaire est peine perdue. De plus, quel sera le sort de ces centres de soutien dont les fondateurs ont investi beaucoup d’argent une fois qu’il sera interdit aux enseignants d’y travailler? Les maux dont souffre notre système éducatif sont ailleurs monsieur le ministre. Les descentes musclées dans les écoles privées et les agences de soutien scolaire n’apporteront aucunement des solutions à notre système éducatif agonisant, voire même déjà mort.
Digitecole

PV électroniques: Une bonne initiative
J’approuve totalement l’arrivée prochaine des PV électroniques au Maroc. L’initiative permettra de simplifier les procédures et de contourner les contraintes concernant la transmission des PV aux contrevenants. Cela permettra par ailleurs de gagner du temps et d’économiser de la salive aussi bien du côté du conducteur que de l’agent de police.
K.Y.

 Effondrements à Fès: Les véritables causes du sinistre
Fès, une ville millénaire qui voit ses habitations s’effondrer les unes après les autres. Des sinistres comme celui de la semaine dernière ne m’étonnent plus… En effet, quoi de plus normal lorsque les propriétaires de ces maisons de la médina sont pour la plupart des familles fassies habitant très souvent Casablanca ou Rabat et ayant oublié ces biens si peu rentables! Les maisons en question sont par ailleurs «gérées» par des locataires à revenus très limités, entassés parfois par groupes de 4 à 6 familles dans la même demeure! Je tiens donc à souligner que réparer les défauts de ces maisons ou les rénover n’a jamais représenté une priorité pour ces pauvres locataires! La condition sociale des habitants de la médina s’est détériorée davantage ces dernières décennies et les propriétaires fassis de ces maisons se sont volatilisés… d’où le drame! Pour changer la donne, l’Etat doit obliger les propriétaires en fuite ou leurs descendants de céder ces maisons aux locataires à des prix symboliques. Cela entraînera une réelle appropriation de ces habitations par leurs nouveaux propriétaires et la ville pourra donc éviter les effondrements à l’avenir.
J.F.

Sommet de Washington: Enfin une alternative bien pensée!

J’ai lu avec attention votre article sur le sommet de Washington et adhère particulièrement aux idées et aux solutions ressorties lors de cet évènement et suggérées pour freiner la menace terroriste sur le plan international. En effet, les Etats-Unis y ont proposé une approche globale dépassant la simple mobilisation militaire et consistant plus exactement à donner du travail aux personnes les plus susceptibles d’adhérer au discours radical en concevant des programmes de déradicalisation. Ces mesures seront à mon avis beaucoup plus efficaces qu’une énième opération militaire. En effet, traiter le problème à la source représente à mon sens le meilleur moyen pour moi de l’éliminer une fois pour toutes!
I.R.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc