Courrier des Lecteurs

Pourquoi pas «Je suis Syrie»?

Par L'Economiste | Edition N°:4446 Le 22/01/2015 | Partager

Depuis des jours, les réseaux sociaux, la télévision et la radio inondent les citoyens d’informations concernant l’attentat de Charlie Hebdo. Emissions spéciales, décortications de l’évènement et de ses retombées par des experts ou encore hommages aux victimes donnent lieu à une véritable surmédiatisation de l’évènement. En effet, l’attentat de Paris a fait 12 victimes. Certes, c’est bien triste et touchant. Mais dans ce cas-là, il faudrait donner davantage d’importance aux massacres du Nigeria ou encore de Syrie qui ont ôté la vie à des milliers, voire même à des dizaines de milliers de personnes. Or, ces hécatombes n’ont à ma connaissance pas donné lieu à des manifestations de type «Je suis Syrie» ou encore «Je suis Nigeria». Les morts français auraient-ils plus de valeur que les morts africains? A méditer…
F.A.

- L’Islam pas respecté
Dans votre éditorial «barbares» paru le 9 janvier dernier, vous expliquez bien que l’Islam n’a pas de rapport avec les actes de barbarie commis en France. En effet, nous les condamnons tous. La liberté d’expression, c’est bien. Mais elle a selon moi des limites, à savoir le respect de la confession de chaque individu et notamment le respect de l’Islam puis de son Prophète. La France est un Etat laïc et démocratique qui a interdit toute liberté d’expression en rapport avec l’holocauste juif. Pourtant, au nom de cette même liberté, le pays passe sous silence les insultes sur le Prophète. C’est tout simplement une exaction à l’Islam!
B.I.

- Quel gâchis!
Des imbéciles sont devenus des martyrs.  Ce serait risible si ce n’était pathétique. Des imbéciles griffonnent des dessins de mauvais goût et ils ont été fusillés par d’autres imbéciles qui n’ont pas plus de jugeote que les premiers. Ils ont tous eu leur heure de gloire... à titre posthume.  Un vrai gâchis que d’autres imbéciles vont se charger d’envenimer et enfoncer le monde davantage  dans le chaos… La congrégation des imbéciles! Personne n’y gagne et certainement pas la communauté musulmane qui voit sa foi malmenée sans y pouvoir grand-chose. Comment, en effet, expliquer au monde occidental que ces baltringues qui se disent vengeurs du Prophète ne sont en fait que des losers, des petites frappes, des lâches qui, n’ayant rien accompli de bon dans leur vie, essayent de se racheter une virginité en devenant des «fous de Dieu». Ces petits escrocs de bas étage s’en prennent alors à plus pitoyables qu’eux: une bande de saltimbanques qui, par un coup de crayon, bafouent et insultent une religion qu’ils ne connaissent pas. Au nom de la liberté d’expression, ils jettent une foi en pâture et se comportent comme des sales gosses, sans discernement et mal élevés. Je suis une fervente militante de la liberté d’expression, mais celle-ci doit être accompagnée de responsabilité, d’intelligence, de sagacité et d’esprit. La liberté d’expression est un droit, mais nous pouvons exercer le choix de ne pas exercer ce droit, par esprit de responsabilité et de respect pour autrui. Mes propos concernant les caricaturistes assassinés pourraient être choquants, et je m’en excuse auprès de leurs familles et des lecteurs, mais je suis en plein exercice de «Ma» liberté d’expression.
S.T.

Réforme des CHU: Un échec déguisé?

Je souhaiterais réagir concernant la réforme des CHU qui a été présentée comme extraordinaire.  Certes, elle renforce les prérogatives du directeur, mais isole le CHU de son environnement. La réforme en question traduit un divorce consommé avec ses tutelles financière et technique puis réduit la composition à une coquille vide. Elle n’introduit cependant pas les outils de prise de décision démocratique, souffre d’incohérences et d’insuffisances dans la composition des membres du conseil d’administration et ne précise même pas qui va en assurer la présidence!
Par ailleurs, au-delà  des problèmes de forme, il y a également des problèmes de fond et peu de nouveautés. La réforme institue ainsi des modalités qui n’ont aucune existence, notamment les relations avec les facultés de médecine et de pharmacie. On a ainsi l’impression que l’autonomie des CHU a été renforcée sur le papier alors qu’en réalité il s’agit d’un abandon puisqu’il n’y a pas par exemple de code de santé publique et qu’il n’y a aucune référence à la qualité des soins ou à la sécurité des personnels et des patients… Il n’y a aucune représentativité de la tutelle ni aucune référence à la direction régionale de la santé qui devrait être normalement le financeur de la santé…
C’est décevant! On a là un projet de loi encore immature dans un contexte de fragilité de notre système de santé!
docma

- Vague de froid: Une bonne initiative

Le Maroc n’a pas lésiné sur les moyens pour faire face à la vague de froid qui s’abat actuellement sur le pays et je suis particulièrement admiratif et agréablement surpris par cette initiative! Les ministères de l’Intérieur et de la Santé ont en effet mobilisé des moyens humains et matériels considérables pour limiter l’impact du froid, notamment dans les zones enclavées. Ainsi, près de 5.000 cadres ont été mobilisés dans le cadre de cette opération. Deux hôpitaux de campagne ont également été montés dans les provinces d’Azilal et de Tinghir. Enfin, pas moins de neuf hélicoptères ont été utilisés pour acheminer les vivres et pour les évacuations d’urgence. Une mobilisation des plus louables!
R.A.

- Baisse du prix de l’essence: Pas d’effet sur l’électricité
Depuis plusieurs semaines déjà, la chute spectaculaire du prix international du baril de pétrole a eu pour effet la baisse du prix à la pompe et tous les citoyens sont très contents en pensant tout haut «pourvu que ça dure»... Cependant, pourquoi le prix du kW/h produit par l’ONEE et revendu aux Régies n’a-t-il pas suivi le mouvement? En effet, cette baisse profitable à l’ONEE n’a pas eu d’effet sur les tarifs de vente de notre électricité dont le prix n’a subi aucun changement. A bon entendeur...

A.F.

- Des réseaux routiers en papier!
Nombreuses sont les cités qui ont été construites dans les périphéries des  villes, sans services publics de base (écoles, hôpitaux,…), évidemment, cela est devenu classique, mais aussi sans vrais réseaux routiers. A l’image des habitations offertes, les routes qui desservent ces cités sont aussi souvent low cost. Elles se fissurent et s’inondent aux moindres gouttes de pluie, s’écroulent au passage des véhicules et deviennent très rapidement difficilement praticables. En général, les autorités locales ne bougent pas le petit doigt et les chaussées restent dans cet état de délabrement pendant des années.
Quel message les familles relogées peuvent-elles comprendre face à ces négligences? Qu’elles seront toujours en marge de la société, délaissées, ignorées… Haine et violences s’ensuivent nécessairement…
A.N.

- Libye: Les mensonges des Occidentaux
Je réagis suite à votre article: «Libye: Un accord précaire» paru le 19 janvier en rappelant la phrase que Kadhafi  avait dite aux ex-rebelles  et terroristes: «Vous allez regretter  le jour où il sera trop tard de regretter».  Effectivement, la Libye vit dans le chaos: misère, insécurité, instabilité, migration forcée, destructions des infrastructures, abondance des armes, etc. Les Libyens se sont rendu compte des mensonges  des pays occidentaux, en particulier de la France, de la Grande-Bretagne et des USA qui ont rapidement poussé le Conseil de sécurité à voter en urgence pour une intervention militaire en Libye sous l’article 7 pour motif de «protéger les civils». L’intervention en question a causé la mort de plus de 50.000 innocents. Dès qu’ils ont tué Kadhafi, ils ont déclaré que l’objectif était atteint et que la mission était accomplie. Plus de trois ans plus tard, personne n’a parlé ni de démocratie, ni d’intervention des Nations Unies pour protéger les civils. Maintenant, une déclaration unanime du Conseil de sécurité affirme «qu’il ne peut y avoir de solution militaire à la crise en Libye». Je me pose la question suivante: Kadhafi n’avait-il pas raison lorsqu’il a déchiré la charte des Nations Unies le 23 septembre 2009 devant tout le monde à l’occasion de la 64e session de l’Assemblée générale des Nations Unies en précisant que le monde est gouverné par les cinq pays qui ont le droit au veto? Sachant qu’il n’y a ni démocratie ni justice au sein des Nations Unies tant qu’il y a ce qu’on appelle le «Conseil de sécurité». Les medias ont en fait sali l’image de feu Kadhafi en le présentant comme un dictateur, un tyran, etc. C’est exactement comme  ils ont fait pour Saddam Hussein et comme ils sont en train de faire en Syrie. Bref, je dis à ces Etats qui ont colonisé plusieurs pays et qui ont causé la mort de millions d’innocents partout dans le monde, simplement parce qu’ils sont forts et parce qu’ils possèdent des bombes atomiques, d’arrêter leurs mensonges et de laisser les peuples vivre tranquillement dans la paix.
M.O.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc