×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Analyse

Programme national d’assainissement
Les grands travaux de l’ONEE

Par L'Economiste | Edition N°:4178 Le 24/12/2013 | Partager
Près de 7 milliards d’investissements entre 2002 et 2012
51 STEP réalisées avec une capacité de traitement de 77 millions de m3 par an
Engagement dans la dépollution de la zone de la Méditerranée

Ci-dessus, le projet achevé de la station de traitement d’Al Hoceima qui s’inscrit dans le cadre d’une stratégie menée par l’ONEE pour la dépollution de la rive sud de la Méditerranée

L’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) n’en est qu’à la moitié de ses réalisations en matière d’accompagnement dans le Programme national d’assainissement (PNA). Ce sont près de 7 milliards de DH que l’Office a misés au cours de ces 10 dernières années dans l’assainissement et la dépollution des eaux usées alors que les objectifs à atteindre à l’horizon 2020 en nécessitent 16,7 milliards. Il s’agit là d’un véritable engagement avec d’autres acteurs pour la réalisation du PNA lancé en 2005 pour arriver, à terme, à la réduction de la dépollution engendrée par les eaux usées de 60% et un taux de raccordement de 80% en milieu urbain. L’enveloppe totale mobilisée (y compris la tranche de l’ONEE), soit 43 milliards de DH, permettra la mise en place de projets dans 260 communes dont 207 sous la houlette de l’Office.
Les responsables de l’ONEE affichent une satisfaction en ce qui concerne le travail mené dans ce domaine même avant le lancement du PNA. Sur ce volet, Fadila Ben Osmane, directeur assainissement et environnement à l’ONEE, rappelle que le volume des investissements engagés par son établissement en matière de projets d’assainissement de 2002 à fin 2012 s’élève à 6,8 milliards de DH. Ces investissements ont permis la réalisation d’un réseau d’assainissement, collecte et transfert des eaux usées, d’une longueur dépassant les 2.800 km. A cela s’ajoute le réseau récupéré des communes dans le cadre de la gestion déléguée, ce qui donne un réseau total d’assainissement exploité par l’ONEE d’environ 6.200 km. Ces projets ont permis d’atteindre un taux de raccordement de 77% au niveau de 87 villes et centres au profit d’une population de plus de 3 millions d’habitants. Outre la pose des réseaux d’assainissement, il faut signaler également la réalisation de 51 stations d’épuration (STEP) de capacité totale de traitement de 77 millions de m3 par an. Notons par ailleurs l’engagement de l’ONEE pour contribuer à la dépollution de la rive sud de la Méditerranée, pour accompagner le développement des provinces du Nord du pays. Pour commencer, trois projets phares sont déjà mis en service. Le premier porte sur la dépollution de la région du Grand Nador pour un investissement global de près de 850 millions de DH. Ce qui a permis la construction d’une station de traitement des eaux usées de type boues activées avec une capacité de 20.600 m3 par jour.
Parmi les objectifs de ce projet, figure la protection de la lagune de Marchica pour permettre notamment d’y développer des activités touristiques. Ce projet permet également de satisfaire les besoins en assainissement liquide d’une population de 245.000 habitants répartis sur les centres urbains de Nador, Bni Nsar, Zeghanghane, Ihddaden, Jaadar, Selouane, Taouima et Kariat Arekmane. Toujours dans la côte méditerranéenne, l’achèvement du projet d’assainissement de la ville de Saïdia et sa station touristique. Le coût de l’investissement mobilisé s’élève à 330 millions de DH. Ce qui a permis la construction d’une station d’épuration de type lagunage aéré d’une capacité de traitement de 20.400 m3 par jour répondant aux besoins de la population de la ville de Saïdia et de sa station touristique. Et également la réalisation de 96 km de conduites pour la collecte des eaux usées et 7 km pour la collecte des eaux pluviales. Ce qui permet d’assurer le transfert des eaux usées de la ville et de sa station touristique vers la station d’épuration.
Un travail similaire a été réalisé au niveau de la ville d’Al Hoceima. Ainsi, près de 120 millions de DH ont été mobilisés pour l’extension et la réhabilitation de la station d’épuration des eaux usées par boues activées de cette ville. Ce qui a permis d’assurer la dépollution des effluents d’Al Hoceima, de protéger durablement la mer Méditerranée, et de satisfaire les besoins en assainissement liquide d’une population de 127.000 habitants. L’extension de la station d’épuration existante a permis de doubler la capacité de traitement des eaux usées pour atteindre actuellement 9.600 m3 par jour. Les deux stations d’épuration mises en service ces dernières années à Nador et Al Hoceima assurent un traitement tertiaire et celle de Saïdia un traitement de finition.

Engagement

L’ONEE affiche son engagement à poursuivre ses efforts pour l’extension des réseaux d’assainissement à d’autres régions selon un programme prévisionnel pour la période 2013-2017. Dans ce plan, l’Office prévoit tout d’abord d’achever les projets en cours, et également le lancement d’autres chantiers pour un investissement total de plus 6 milliards de DH à fin 2017. Ce qui va permettre la pose d’environ 2.000 km supplémentaires de réseau d’assainissement et la réalisation de 67 nouvelles stations d’épuration.

Noureddine EL AISSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc